computerised extra Doc 16

Les documents ci-dessous ne sont utilisés que pour pouvoir être comptabilisés par les moteurs de recherche, la couleur est blanche pour rester invisible bien que représentant ce que la main a tra©é. Ils sont les documents d’empreinte digitale, mais sont quelquefois trop peu ressemblants à l’original, qui est lui sous forme manuscrite. Si toutefois vous souhaitez jeter un coup d’œil sur les feuilles en question, suivez le lien (bas de page): https://cetviesenfrancais.wordpress.com/

 

 

 

S’il vous plait, téléchargez prioritairement les DPF documents en page 1.

 

Les documents ci-dessous, tapes électroniquement- sont les copies partielles – i.e. présentation de certains tomes mais pas dans leurs version intégrales – et parfois non identiques ou incomplètement déchiffrés. 

 

Ces postes, tapes digitalement, ne sont la pour lecture de textes premiers mais pour permettre de retrouver ou rencontrer les textes ou la nature de leur portée.

Les originaux et copies certifies sont en fait les photos de manuscrits, ceux-ci n’ayant pas de traduction électronique, n apparaissent et ne peuvent être enregistres ou répertories par ordinateurs.

Donc une fois que sur ce site il est préférable que vous ouvriez et enregistriez les documents DPF puisqu’ils sont –plus surement- le plus proche de ce que l’auteur a écrit.

 

Les documents tapes n’ont pas été vérifiés et sont l’essaie de transcription d’une écriture parfois très pénible.

Ceci étant, je vous invite vivement a les lire également puisqu’ils sont plus lisibles et contiennent annotations présentées sous différentes couleurs, par cet autre auteur.

 

http://unautrepoete.wordpress.com/

 

 

Page 1000 à 1092.

De 1075 à 1092. Textes retrouvés et ajoutés.

Après départ. Hors Doc.

§.1.

Apprendre une langue, un personnage, des pensées.

Apprendre une tirade, que son esprit sur elle pendant l’action puisse s’échapper, se retrouver.

§.2.

Elle avait oublié que dans mes réactions (et je prierais pour pouvoir lui faire confiance ) à aucune preuve je ne pouvais m’attacher.

§.3.

Il la voyait par tout car elle était à un tel point devenue un fantôme dans sa vie.

Il n’osait plus vraiment regarder.

avait ou aurait été =  à la présence obsessionnelle du flou authentifier.

§.4.

Courir, un but fait partie de la communication à entrevoir.

bien que devant être sur le chemin du self et seul puisque les autres ou les uns aussi bien inconnu.

La solitude était elle aussi inconnue de ces moments ci.

§.5

Être paranormal, si on avouait nous avouions que nous nous repérons, et puis influençons et tout ce qui coule, et puisqu’il n’y a qu’une source, notre côté animal risquerait alors d’être moins con.

nous nous repérions.

reparions.

§.6.

Parce que la stabilité du système impliquant sa rigidité permettait à l’aventurier de pouvoir ses découvertes entreposer et se confier.

parce qu’à cause de la barbarie ont été précieux les prisons et palais.

qui bien sûr êtes les mêmes.

le but de l’aventure, garder, perpetué.

et pour cela la richesse je comprenais.

parce que la richesse était et qu’il faudrait la répendre pour rééllement la délivrer.

et par l’aventure l’homme trouverait l’universalité et la paix du peuple, du peuple roi et de ses contrées.

§.7.

On ne parvient  (nous ne parvenons) à décrire ses (nos) rêves.

(Marre de ces conneries je ne corrige plus ces fautes je les traduis désormais directement.)

Car le rêve n’est pas par le conscient travailler.

Ainsi loin de la structuration (structure idiote) du concret rendu par une longue analyse et ré analyse qu’implique la longue revue et passage en cible de nos journées.

Le rêve, sans cet entraînement le phénomène habituel, situationnel, du à une extensivité (extension) planté, situé, ne peut dans la mémoire être fixé.

(Elle est partie se perfectionner en Anglais, elle connaît à peine La langue Française, où le fait sciemment ; Provocation ?)

§.8.

La mémoire sensorielle.

Comment nos réflexes ont été éduqués.

Le bruit de l’auto de papa faisait que mon oreille je tendais.

§.9.

Puisque le rêve est construit. (et constructif)

Puisque le rêve est créatif.

Où savoir que rien ne jaillit de rien.

Donc le rêve est une rencontre prévue, qui s’élabore nuit après nuit.

Ils sont des réponses, à quelque chose que l’on poursuit.

Quelque chose qu’on élabore.

§.10.

La pensée est faire pour poursuivre l’idée.

La poursuite de l’idée pour pouvoir viser.

Et re- viser.

(Réviser).

§.11.

La différence de charge émotionnelle peut venir du fait que l’on relie à un tiers ( =souvenirs ou présence directe) ce qui arrive à nos sens du à la communication avec un alter (fluctuation).

§.12.

La recherche d’équilibration (équilibre, décidément !.)

Sa nécessité = manger peu = éviter les graisses + système digestif abîmé.

Conséquences = Jamais tous les paramètres satisfait.

= Variation.

Et si cette complexité était l’apprentissage du mouvement.

Apprendre par lui à soi-même aux fluctuations comme sujet !

  1. Intervenant au sein.

S’harmoniser avec lui.

Etre lui.

D’action à état.

  1. Extérieurement être par lui propulsé.

Et ailleurs visiter.( sans pour autant plus ou moins être chamboulé, traumatisé, interrompu, rendu à l’état d’inférieur.)

§.13.

Elle posait des questions en donnant des appris à la con.

Je lui répondais communément, connement, tout autant. « Mais non, mais non. »

Alors que c’était moi la mieux habilitée à pouvoir sur cette évaluation me prononcer.

§.14.

Ce qui est exaltant dans la communication, c’est qu’on sent les gens et qu’on peur avoir la suivante.

Vivre dans ce qu’on en ressent, le –       – menant vers l’épaississement.

§.15.

Le joueur d’échec.

Je l’aimais.

Car un autre joueur par ce jeu passionné, l’apaisement de cette rigueur me revenait.

§.16.

On oublie parce que ça (cela) a changé.

§.17.

Admirer quelqu’un c’était voir en lui des particularités qu’on allait pouvoir viser et une fois cela atteint dépasser.

§.18.

La société incapable d’élever ses enfants.

Société primitive, assistée.

Société de loisirs cédant aux caprices de chaque individu.

Puisque l’ensemble incapable de se former.

§.19.

Il n’y avait pas de race, seulement l’espèce humaine pouvant être bien grasse.

§.20.

1      Le monde ? nous ?

2      Mutant.

Ce qui est , est. Tout peut arriver.

Tout dans le supra va ?

Se résolver.

Muter.

Etre un camp.

Se résoudre, rimait avec le meilleur, donner.

(SOI); en soi.

§20B

Il ne fallait pas avoir de cœur.

L’iniquité du sensible.

Dépendance affective.

Appartenir à aucun lien faisait que le tissage de l’épopée se suivait.

pour eux; pour tout ce qui peut s’aimer.

mon, mes dévolus comme mes ratés.

§.21.

L’être spécialiste. L’étalon.

§.22.

Elle était partie ne sachant la réaction que j’aurais eût.

D’ailleurs moi non plus je m’y serais mal pris.

Fort à parier, et il ne fallait pas faire d’impasse dans ce moment clef.

§.23.

Je pouvais l’appeler maintenant correctement je réagirais.

Simplement parce que ce serait pour lui dire que pour moi aussi elle avait où était une clef.

§.24.

La famille. Croire pour qui on parlait. (Nous parlions) La famille ceux qui jusqu’à la fin faisaient plus que nous accompagner mais nous constituant.

L’autre.

L’imiter.

Ressembler.

Rassembler.

Le totalement inconnu mais parfaitement repéré.

Celui fait auquel la quête du seul aussi loin qu’elle irait était à chaque fois mieux.

§.25.

Pour moi c’était le chapitre humilité, sympathie qu’elle avait  faite, que je le ré écrive.

Chacun envers chacun avait l’effet de tout revoir et renforcer les à qui? Acquis.

§.26.

Le deuil enseignait que la vie était invisible autant qu’invincible.

inviter.

§.27.

La sexualité est l’urgence de se reproduire car conscience de s’user = conscience d’ensemble avoir un ensemble plus grand (A explorer.)

§.28.

Avoir un passé.

C’est être son futur.

Le présenter.

§.29.

La peur est le réveil pas maîtrisé de la conscience de pouvoir sur un moins conscient au pas équilibré que soi tomber aussi.

§.30.

Tout est écrit.

Meurt et remord.

La douleur de croire disparaître contre la jouissance de connaître ce qu’est d’exister.

§.31.

Le changement exige une constance dans la maturation.

Car le mouvement n’ensemble que pour que soit suivit le moment.

§.32.

In-time.

En-glaise.

§.33.

La réflexion permettait à l’esprit l’arrêt de l’envers des évènements.

                                                                                   des éléments.

                                                     l’enregistrement

§.34.

La conscience était ce que l’on se permettait, le déséquilibre mis en commun pour que soit nommément rééquilibré. Comptabilisé.

§.35.

Il avait peur de moi.

Mais de moi que pouvait-il donc penser ?

§.36.

Ce danger de mort.

Tu parle d’une dépêche.

§.37.L’épreuve dans l’attente du repos.

Le repos n’étant assuré que si vers quelque chose de plus ardu, de plus complet on va rester projetter (nécessite entraînement préalable.) Et de se sentir se renforçer à l’idée de ce qu’on va pouvoir bientôt se faire se dérouler.

Ce n’est pas que je ne lui plaise pas, cela mettrait un peu plus de temps que prévu.

Dans un siècle ou un an.

C’est parce qu’elle dit avoir un délai que la vie nous mêne (ou bien nous ment).

§.38.

Le bouleversement en l’individu à lieu parce qu’il est négligeant (Lui apporter l’attention)

Ou parce qu’il est mort qu’à point (donc ouverture sur un monde dominant ( = plus à ranger.)

Les deux toujours en même temps apparaissant.

Puisque nous sommes en prise avec plusieurs aspects.

§.39.

La mort est l’absence de l’autre.

Absence qu’il n’a pas choisit.

Le deuil était dur à porter.

Non pas envers celle qui était partie.

Mais comment être présent avec ce qui nous reste de vies.

§.40.

Les gens ne savaient pas si j’étais pianiste ?

Mais si je pleurais sur lui ? Si.

§.41.

Fasciner par la féminité car quand elle ne serait plus comment s’exprimer c’est de ma virilité sur quoi je savais qu’elle irait s’appuyer (se ressourcer, se regorger [et bien il y en a qui vont être contentes, chez les classiques], s’initier, se compléter, la suivre, l’inspirer.)

Lui donner ce qui manquait.

elle, qui ainsi me validait.

§.42.

La jalousie était une folie.

car l’amour consistait à pouvoir dans tout te retrouver puisqu’en toi tout reviendrait.

(Tu vois bien qu’à certains moments tu es folle!)

§.43.

L’amour. (L’inconnu.)

Pouvoir ressentir le soulagement de mourir pour quelqu’un.

Celui-là même qui nous garde. (Et nous tient.)

Je ne peux dire, écrire sur lui, pour lui.

Il est celui qui veille.

Celui sous qui se met le grâce à qui.

Et vers tout ce qui entraîne.

§.44.

Chercher à un ensemble.

Ce pendant à le porter.

Etre toujours en échappée.

§.45.

Je t’aime.                        | Cela fait longtemps que je veux te le dire.

Je t’émeut.              | Je n’y comprends rien.

§.46.

Nos parents nous avaient fait sortir.

Mais qu’importe.

Tout les mondes (Dont-il nous fallait faire la visite) étaient ici.

Avaient pour destins de faire parties des étapes comme nous leurs pèlerins.

-(DONC NOUS avait FAIT VIVRE L’ENFER ! Pour rien.)

§.47.

Elle lui en voulait.

Elle lui en voulait en cachette d’être décédé.

En cachette d’elle-même alors.

Pour m’engueuler moi et ses proches ( Ceux avec qui leur relation elle pouvait comparer.)

N’importe quel prétexte suffisait.

Elle lui en voulait.

Elle n’admettait pas ne pas assez contribuer à son bonheur propre alors une faute à son malheur il lui fallait.

Superficialité.

Je laissais sa tyrannie faire car en elle mon bonheur elle laissait s’installer.

Et quand assez d’espace nous avions créé.

Alors le soulagement que cela me produisait pouvait elle aussi toucher.

Sa tyrannie.

Puisque je l’aimais en liberté.

Puisque aussi elle écoutait.

§.48.

Les revendications que parce qu’elle s’ouvrait à toi (avec ses peines, elles y sont et il ne fallait pas négliger)

Je pouvais formuler.

§.49.

On hurlait de rire quand le chef signalait qu’il entendait parfaitement ce qu’on disait tout bas, de penser à ce qui devait

Etre de même de ce qu’on ne disait pas.

§. 50.

L’art.

le cycle

Le cirque chacun peut dire avoir vu et pensé de la même façon que l’œuvre l’éprouvait.

(Ah ! Tu parle des salopes qui nous menaient ?

C’est bien ce que je pensais.) SELECT DOC DANY.

§.51.

De l’amour.

Fantasme à l’amour qui naît et élevé du groupe.

Au puits de grâce.

Reporter son attention de profondeur infuse pendant quête de sa spécialité.

Comment continuer à se poser et se réguler pour l’avenir. (Toute autre séparation)

Simplement en prenant garde à comment plier son blouson ou du ton que l’on prend avec son patron ou son petit garçon.

§.52.

Je l’admirais.

Cela servirait bien à quelque chose.

Comme le poète n’exprimant cette dimension.

§.53.

Dormir sur le dos.

Pour reposer les épaules, ses coudes plus pour –    -.

§.54.

Sentir la pression.

La maintenir.

Tient une partie du corps différemment.

Et donc relation des différentes parties, changeantes.

Re vivifiante.

§.55.

Les conneries que me sortait ma femme, que le long terme m’apprenait à comprendre dans tous leurs sens ou leurs non sens.

Que le long terme et non –      – m’apprenait que tous avaient largement sa part et doit d’avoir été ainsi dit.

N’expliquerait pourquoi celles dont j’avais gardé de la rancune pour les autres, elles aussi les comprendre je devais.

§.56.

Chacun possédant le secret de la salvation, du pardon accordé à ses propres pensées.

Les savoir motivées ou introduites par regret.

Le hasard qui n’est qu’une mission qu’on ne demande mais qui nous fait prendre et à son terme (résolution) mener.

§.57.

-Mes matières fécales sont bloquées.

-(Eh ! Bien tu n’es pas chez le docteur mon bijou.)

-Aujourd’hui, je ne sors pas c’est promis.

§.58.

L’épreuve.

Se sentir moins performant. Descente énergétique.

En prévision du tournant.

Arrêter la descente puis revenir à la stabilité que l’on sait

S’imprégner du chemin connu.

Placer ainsi sa détermination et alors sur le rail qu’elle nous emmène au-delà de ce qu’elle enseigna de ses inclinations.

§.59.

Sybilin.

Est-ce la comédie de l’autre dont elle parle ou de celle qu’elle voudrait que je prenne ?

§.60.

Très agressif. Très costaud.

Je le lui dis quand je me reculai. Très costaud.

Il voulait en être sûr je crois.

Quand la vie voulu qu’on fût fait et formé à cela.

Puisque occupé au cercle.

Puisque engendré au cercle.

Forcément continuer à parler en enfant, c’est admettre que la discussion en elle-même vous a emporter.

Et de là engager l’effort que sait-  – l’énergie d’avoir vécu, essayer.

§.61.

La recherche de l’esthétisme permet à toutes les-         – de mots, de sens, de trouver sa gloire, s’entre ouvre.

La morale est balancée.

Auto gérer.

Se regrouper pour y aller.

§.62.

Si c’est toujours l’autre le problème !

Alors que cache t-on à soi même ?

§.63.

Il fallut pour qu’il sue que je l’aimais depuis toujours et voulait qu’ainsi se finissent ces jours, que je le quitte avec la même assiduité.

Il fallut pour qu’il comprenne que je garde mon esprit de pluralité.

§.64.

Il était celui qui pouvait retenir à distance .

Puisqu’il était mon inspiration il savait combien elle m’avait trouvé, je m’étais trompé moi-même.

Les vieux qui enseignent l’amour de la vieillesse.

L’explication-         -bien.

La pression montait.

Rien que de plus normal.

Car A était entrain d’expliquer ce qu’il pensait qu’il n’allait pas avoir B.

Donc c’était à même de timidité et de pouvoir d’entreprendre mais c’est le fait qu’il reste à draguer qui chez lui le malaise entretenait.

§.65.

Puisque moyen était dédié à comment envie d’aimer.

Je sentais que ma détermination en lui arrivait dès qu’un lien en moi s’établissait.

Montrer comment on fait pour que la machine ne se mette à s’emballer.

Solution se faire face.

Etre conscient que l’on est entrain de glisser.

La mesure de sa propre manière de concilier.

Puisque s’énerver c’est ne pas se contrôler.

§.66.

Se calmer c’est prendre conscience de ces difficultés et expliciter. (Expliquer)

(Même en silence en même temps qu’en soi même on (nous  aurons) permis à la réflexion de s’arranger.)

Avaler l’échec = avoir visé plus en plus  et savoir ce qui est à travailler. Plus admettre le contre temps.

Mais ne pas d’un fil rien lâcher.

Il faut que se passe ceci pour que plus rien ne nous arrête = que l’on sache s’y maintenir à longueur de journées.

Pas de faux espoirs, mais savoir que s’y tenir va découvrir vers quoi on naît.

§.67.

Ne pas se remplir le ventre !

C’est permettre au corps de s’apercevoir de la nécessité d’un procédé à la place d’être vocation.

Puisque ma promesse que je reprenne : Il m’y avait condamné.

§.68.

Il fallait du courage pour avoir atterri dans ce monde de salauds. (Tu avais donc bien compris.)

A-vi-s.

§.69.

Arrêter quand l’autre le disait suspendre le masque.

L’analyser.

§.70.

Ne pas considérer comme close la discussion (n’implique pas de seule condition à pouvoir un nouvel ordre, à la recherche d’un monde nouveau créé.

La morale n’étant j’avais plus que ce qu’on s’est décidé à réfléchir.

Vies faites de rencontres limitées.

§.71.

Un mot est une unité et grâce à cette limite, des moments précis venant nous rappeler.

 que ne doit nous échapper ces moments ? Cette chance infinie de préavis, ramener l’événement situation en particulier.

§.72.

Celui que j’aime. Tout donner, sa liberté exceptée.

Tout grandissant de ce fait.

Ces évènements auxquels je n’avais réfléchi me paraissant  normaux et étant en réalité les symboles qui entièrement ma vie avaient tenu lancée.

§.73.

Savoir que tout message a quelque chose à raconter.

Comprendre les langues étrangères quand on commence avec celui là.

Se dire qu’il faut décrypter.

Comme ces phrases qu’on ignore même quand formulé avec des mots-              – problème et que l’on connaît.

Qu’est ce qu’ils racontent qu’est ce qu’on enverrait. (Nous enverrions.)

§.74.

Je ne le faisais pas pour l’entretien, je partais.

Mais pour m’apprendre la systématique de ce que dans un lieu il fallait mieux qu’il sache faire.

La systématique qui me permettait de la faire sans réfléchir et sans rencontrer après = faire tout en se reposant, se récréé fixer.

§.75.

Je ne voulais pas comptabiliser les signes du destin car après l’exaltation se posait.

Est-ce par eux ou par raison et justice que je fais.

Et tout servait alors à reconnecter.

                                   recommençer.

§.76.

Oublier. Perdre le fil c’est se rendre compte de ce qui revient automatiquement et par quel lien ils sont ré sollicités.

S’apercevoir de quel roulement, manage notre vie est endettée.

§.77.

Verbaliser c’est expliquer avec quelle pensée on a à se dépatouiller.

Exemple quelque chose vient de me paraître injuste

Je ne suis pas bien qu’elle ait été dite mais je dois me trouver bien de la combattre.

Je mets l’autre au courant de ce qu’il traverse.

Exemple : une grosse connerie vient d’être dite

( –    gars tu as oublié ton médicament.)

§.78.

Avoir le strict nécessaire sur soi et donner à l’image de cela.

§.79.

La reproduction du défaut de l’autre.

Pour que puisse être rectifiée.

§.80.

L’utilité. Penser en un point devoir se trouver, plutôt que de se laisser glisser.

§.81.

La confusion. Se rappelle au regroupement à la re concentration.

§.82.

Ne pas remarquer.

Qu’on avait remarqué.

§.83.

Communauté sectaire et impose hétéro ou homosexualité exclusive.

= impose d’aimer une personne sans la vouloir

(Conjugalement = la cession la plus complète).

§.84.

La conscience assuré d’une chose.

Vous la partager avec au moins un élément.

Vous le devez à l’ensemble.

§.85.

La culture, symbole de ce que le groupe a réussi de convenir qu’il faille que tout individu est une commune (partageable) recherche du plaisir.

§.86.

Les phrases et leurs poésies.

Le rythme du mot.

Cette mélodie particulière qui fait que rien n’est jamais dit deux fois de la même manière.

§.87.

Ne pas être à la hauteur

de l’équilibrage.

A mon amour permettre autant

veiller sur

Assurer sa ferveur.

assumer

En ne plus rien omettant.

Ô devoir d’être tellement.

et puis lui éternellement.

s’offrant et

se faisant.

§.88.

Si sexuel appartient à momentané.

Le spirituel appartient à quand on ose le quitter.

Le groupe le permet.

Voir loin.

Esprit de progrès si ambiance d’équité se dégage; telle la morale.

Des moyens actuels à et divisant le matériel.

§.89.

Faire le contraire de ce qu’il faut.

Je peux parfaitement m’en passer.

Mais je deviendrais malheureux si c’est moi qui de lui m’en irais.

                                                                                        m’ennivrais.

faire ce qu’il fait.

§.90.

Devant l’amour que lui portait son parent ;

Je savais combien ma fidélité pourrait redoubler de rester en lui, tel le sang.

(précédement engendré)

§91 B

Les mots étaient pour nous faire croire que nous savions. L’indicible lui ne peut être pris pour un con.

Qu’est ce qui entre nous se passions ?

§.91.

Prendre les autres pour des cons ou des doués, était le moyen de se responsabiliser.

§.92.

Aimer être froid.

Voir le corps se réveiller.

§.93.

La maturité faisait sentir à la réflexion que ses sens avaient.

Précédemment engendré.

§.94.

Parce que voir un individu progresser et innover et telle une naissance.

Les hommes se maintiennent groupés pour s’apercevoir des étapes que l’individu parcoure et parsème.

§.95.

Elle demeurait ma femme.

Ayant un esprit d’unité en moi suscité.

Cette femme qui même partie, l’amour m’avait appris à considérer, regarder, désirer, protéger.

Puis à mon tour proposer.

 

 

§95 B

Le social – privatisé !

§.96.

On faisait des excès que l’on payerait après ou bien que l’on avalerait parfaitement bien car arrivant de manière fortuite.

C’est à dire pas prévue (tu crois ?) mais dans la lignée de notre progression.

Cet événement va servir à l’esprit comme dernier du nom.

On s’en remet vraiment très bien car il décide du même coup qu’à redonner de l’N. R. J. à ça il ne refera pas.

§.97.

Je ne me relevais pour dessiner mes rêves parce que la journée se trouvait mon moyen de manger, que les rythmes seraient imposés, pas la place de mieux y songer.

§.98.

L’avantage de l’habitude frugale c’est d’une assiette se faire un festin.

Et que cette assiette nous fasse carburer deux journée au moins.

§.99.

Pouvoir repenser à cela en gardant le plaisir et sans dans la folie retomber.

Peut être était-ce là que le plaisir se dressait dompté.

§.100.

Faire l’amour à sa vie comme évoluer dans le positionnement de nos objets.

Matériels.

§.101.

Pouvoir en parler au passé.

Sans mourir.

§.102.

La vie est éphémère.

Car l’amour, comme les aptitudes se transforment, et pourtant c’est la poursuite de l’amour (dans son objet désignable et donc unique qui nous donne forme et consist-tense.

§.103.

La modestie est admettre que les autres nos défauts diminuer = se sentir admettre soi-même progresser, n’être à blamé, à redresser (en tord.)

se sentir aussi libérer du sentiment d’être celui qui à vaint que de celui qui à fait échouer.

§.104.

Sa recherche pour être consacré et pour qu’un puisse s’y adonner.

 = Comment se nourrir donc et que l’âme des autres fournissent la –   – , un itinéraire complet tout à fait ; Doit trouver écho c’est à dire être objet et résultat d’une communication à autrui.

§.105.

Elle avait pris peur de moi tout angoissé.

c’était une des plus violentes caractéristiques que sa propre personnalité lui faisait se rapporter.

Moi je ne l’étais pas. Seulement à son contact le devenait.

Cette caractéristique me mettait en contact avec d’autres de mes réactions et façons d’explorer, d’envisager.

106.

La figure charismatique du personnage est édifier comme un phare comme personnage de légende qui répond aux questions différentes sur vais-je faire que pourrais-je faire manière.

Degré de réalisation.

Degré de possibilité.

Besoin qu’ainsi exprime la communauté.

§.107.

Mon désordre aimé.

Représentant.

De l’ordre auquel de temps je ne perdais.

De l’ordre auquel d’avantage je ne consacrais que le temps pour moi les autres assurait. Celui qui viendrait celui dont-on n’avait plus à se préoccuper.

§.108.

Il le regardait tendrement.

Il savait que dans trente ans encore à lui.

Repenserait en enfant.

§.109.

Le besoin de voir les autres.

Car une discussion suffit une fois.

Et il suffit de revoir :      Les actions.

Les gens.

Avec qui le sujet (linguistiquement ou extra linguistiquement)

On partagea, pour nous remettre en condition.

La vie. Ceci arriva.

§.110.

Les hallucinations.

C’était rêver tout haut.

On était renfermé, empêcher d’être aimé ou aimant, alors il fallait faire venir à soi les sens.

Revoir sa mère, parler à ses anciens amis se trouver pourquoi (diabolisation) déraillait société et esprit.

§.111.

L’affirmation d’un conflit.

C’est pour attester que dans le mal aise on ne se complaît.

Conversation inutile.

Chercher à l’être.

§.112.

La recherche de la vertu assure l’état de fait.

La recherche de la performance conduit au même circuit que l’expérimentation de la décadence.

Car pour se faire pour se rendre compte ré dose.

Ré-élargir.

Reprendre ne serait-ce que la conscience  de soi  puisqu’il le fait pour maintenir ses choix.

Se buter à ses limites pour quelles ne continuent pas .

Il faut obligatoirement s’y trouver puis se ressaisir de l’état de grâce est bon de tout temps quelque soit le problème la situation d’avant.

§.113.

L’état de grâce est lutter contre et est un don permanant.

§.114.

La communication doit répondre à une question.

Pourquoi, que cherche t-on.

Qu’est-ce que nos institutions communes promises se sont ?

Echanges d’instants, de savoir être fait.

Compréhension, acheminement.

§.115.

Il avait plus de trente ans.

L’autre pensait qu’il en était à son premier échec amoureux.

Pas essayé avant ?

Oui, oui, sans cœur et volonté apparemment.

§.116.

L’image qu’on avait de l’un, en fait non pas qu’on avait mais qu’on construisait.

Ce qui nous tombait dessus on, ne le comprenait pas.

J’ai mal et pourtant, j’avais de telles pensées.

Mais sur le chemin de la pensée idéale vers quelqu’un.

Qui ai-je abandonné ?

§.117.

Toi, l’autre qui ferait que je ferais sans problème (une hésitation = perte )

Tous ces chemins là.

§.118.

Le –          – comme tout style, tout les styles donnantune force à ce qu’on sait,tout ce qu’on lui sait étant que celles-ci s’échappent les uns aux autres –        –       –       -et se rattachant.

Le mysticisme allège nos peines.

Toute assertion étant un simple prétexte à son couplement.

§.119.

Mon grand malheur c’était d’avoir manqué de me présenter à l’E. N. A.

Bien qu’il y eût assez de politique pour qu’on puisse se moquer de n’avoir sauter sur cette occasion là.

Faire le fanfaron que se soit ici ou là.

Comme chaque personnalité avait sa façon d’y mettre le feu, le bout de terrain qu’il m’abandonnerait pour rien.

§.120.

La rage de vaincre.

L’appétit d’apprendre.

Douant aussi la nécessité de remercier ce qui faisait que pouvait s’abandonner à ça mon esprit ; La seule possibilité de repos.

Pour la machine; le cerveau.

§.121.

La proximité du couple et des enfants et l’intimité que l’éducation exclusive (pas d’autres modèles) fallait qu’il faille détourner l’intention de reproduction (du type comportement sexuel) des enfants. Pour ce faire on leur apprenait à détourner leur désir sur d’autres enfants . (De leur age.)

Mais que devenait ces habitudes lorsque grandissant.

L’attirance gouvernantée (gouvernée) toujours opérant la pédophilie devenant.

§.122.

Ces symboles nous permettaient lorsqu’ils éclairaient notre compréhension des choses encore rencontrer, ces symboles nous permettaient d’y mettre toute la force de volonté, de courage, de persévérance d’endurance que nous en avions réfléchi avant.

§.123.

Je fuyais l’amour.

Ne sachant si c’était un cadeau que je m’offrais.

§.124.

Ma dame pourrait m’aborder sans avoir peur du plusde ce problème de ce qu’elle est le jour où moi la vie seule sans peur et sans reproche je pourrais continuer.

L’amour c’était pour lui qu’en toute condition on faisait que soit là ou non le paradis.

(l’amante, le mari l’enfant     –       -) quand on courrait vers lui, le bonheur suivait.

Savoir aller seule sur le chemin pour le meilleur du plus fort des voyages après lui ramener.

§.125.

J’en avais élevé du même age que toi en cela on était de la même génération.

Ensemble avec tout les groupes d’ages permettant d’être intime et désireux avec tout le processus de transformations et remontant rien ne meurt tout se transmet.

§.126.

Des phrases de personnes c’est vrai.

Mais là aussi parce que l’on s’endormait tellement (afin d’entretenir un domaine –        – particulier)

Qu’à la merci de tout on se trouvait.

§127.

Elle s’était demandé combien d’amant (et bien plus qui sait) [cela n’a plus d’importance pour aucune, je ne ferais plus jamais parti du nombre des conquêtes d’aucunes, en ce bas monde].

L’avait-elle perdu en jouant l’animal qui semait et déroutait.

Perdu rien car ce serait celui qui aurait remarqué que suivre les règles l’assagissait, il n’était que celui là pour l’aimer.

§.128.

Les symboles appris (ceux par exemples qui dans les fables n’était conté pour mari 😉 les symboles avaient toute la force du questionnaire et de la réflexion qu’ils avaient recueillis gratuitement.

§.129.

Partager un problème une réalité.

Avoir quelque chose entre nous deux qui et coincé.

Personne, ne sait vers quoi tendre pour que puisse mieux aller.

Puisque toi aussi était imbriqué.

§.130.

C’est l’amour de la vie qui me permettait à tout moment de surpression = garer l’énergie comme on voulait.

Plus l’énergie devait conduire à la réflexion, puisqu’à lui la réflexion je pouvais lui amener.

§.131.

Cet amas de chair coupé, le sexe de la femme.

Parce qu’aussi celui de l’homme opulent.

Pour la pédophilie neutralise.

Plus de sexe si plus de zizi.

§.132.

Et polygamie pas de partenaire intime.

§132 B

La polygamie est un reproducteur entre reproductrices partagé.

pour alléger les prétensions de naturel dit mysogines versés.

§.133.La pluie régulière tranquille et puisque pas battue par le vieux n’inspirait pas de s’arrêter.

§.134.

Le contrôle de sa sexualité (et sa reconnaissance une victoire impliquée.

Sa sexualité reconnaissant l’autre et sa corporalité.

§.135.

La fidélité par contentement son énergie diriger comme quand le bassin s’en ressentait.

§.136.

Can you speack english.

Espagnol.

No, pablo.

§.137.

Enseigner sa matière était ma façon de récapituler de résumer, de trouver un plan simple pour ce qui serait futurement l’endroit ou s’organiserait le plus naturellement ses plus complexes idées.

§.138.

Pour baiser, il fallait être baisé.

Le geste la symbolique spécifié simplement quel tournant on prenait = direction, le chemin des sens.

La communication, la relation à tout prix parce que peut va ouvrir des canaux.

§.139.

Avouer la difficulté de l’émotion évite l’explosion de la situation puisque problème émotionnel, cache problèmes de reflections et de situations, exeptions et vibrations.

La réaction à cela ne peut être qu’une cata.

Mais on réagit, réagir n’importe comment pourvu qu’esprit occupé.

Alors qu’avouer émotionnel particulier est occupé l’esprit à sa communication.

jouer et rencontre l’inconnu.

se révéler est l’émotion satisfaite, l’énergie compléte et la déraison et quand on sent que ceci n’est en train de se passer et qu’au lieu de se guérir on est par nous-même bien en train de périr.

§.140.

Ce qui n’avait marché c’était un de ses traits de caractères qui aux automatisme du mien m’enlevaient.

§.141.

Avoir fait le tour des choses pour savoir que le geste n’est que culturel, émotionnel.

Et ne doit être penser et repenser que pour parvenir à saisir ce qui nous libèrera de lui et en lui.

§.142.

Chacun à la protection de ses droits personnels et quand cela marchera vraiment s’apercevoir que ce que sied vraiment = à un est ce qui ce partage indifféremment.

§.143.

A espérer avoir toujours mieux elle avait laissé des parties d’elle dans ce que pour son elit elle avait délaissé.

Elle ne parvenait donc pas à mieux puisque n’arrivant pas ‘entiere’ à l’étape dite supérieure à laquelle elle aspirait.

§.144.

La sensation de mort permet de suspendre les pseudos urgences du présent qui sont ou peuvent être décision sans réflexion.

Le désir apparent qui est une manière d’ignorer sa souffrance (la fuite en avant) sans lui apporter de solution (sauf de jouissance = douleur transformation).

§.145.

Formule t-on ce qu’on pense ou ce qu’on est obligé de penser.

Ce que la situation nous a dictée.

§145 b

Le système hétéro marche comme naturellement dans les esprits car naturellement on s’imagine pouvoir partager une intimité qu’avec celui avec qui on est (a été posé).

Et donc l’on est amené à penser sa quotidienneté.

le quotidien pour lequel chacun vit, les traces d’un amour terrien.

§.146.

Les hommes s’identifiant aux hommes.

Les femmes s’identifiant aux femmes.

Car ayant mêmes activités, mêmes corps, mêmes besoins d’ à une tâche spécifique le soulager, le developer, le renforçer… se remplacer.

§.147.

L’agressivité non voulue, contenue (l’énergie débordante, lancinante, conciliante) venait d’un reproche ou d’un conseil qu’on sentait devoir (conter) contrer ou suivre (en tout les cas s’enrichir de ) mais qu’on ne parvenait à prendre comme ça, de ne pouvoir les formuler, donc ne savoir ce qu’éventuellement il se pourrait, ne pas savoir les prendre, ne pas pouvoir exercer dessus son énergie, esquiver sa volonté (une croyance abreuvée).

§.148.

La graphologie ne pourrait être au complet tant que les gens ne donneront, leur main gauche et droite à analyser.

§.149.

Je concevais la chute pour le redressement calculé.

§.150.

On s’appelait « connard » depuis les dizaines qu’on ne connaissait on l’avait toujours fait.

Notre degré d’intimité et un pouvoir de coercition sous forme de politesse éphémère puisque les gens s’abandonnait; qu’entre nous on n’acceptait.

§.151.

Parler de tout et de rien.

1      moyen pour la population de s’alphabétiser oralement.

2      Conserver les mots du patrimoine plus en créer de nouveau.

3      Place informative

4      creer une plate-forme temporelle pouvant donner place à toute sorte de créativité.

Parades possibles lorsque l’autre commence à dire des futilités (futilités car ces connaissances pourraient donner autres choses ou à d’autres être donné.

« merci bien j’ai déjà appris à parler »

sous entendu; allons plus loin ou occupe toi des gens a qui ils manquent ce que à quoi tu es prêt.

§.153.

Je n’ai pleuré dans ses bras le jour où la mort de mon père me fut annoncée.

Aussi la mort du sien je continuais de consoler.

comme papa m’y aidait.

sa presence en moi ou la force laissée.

§.154.

c’est avec le parent symbolique qu’on pouvait apprendre à vivre sa sensorialité libérant sans avoir à craindre les risques d’attouchements.

identité-intégrité.

le sexe étant une aventure de gens mature et une décision de partenaire à partenaire, un contrat de gens librement lié et se liant.

tandis que le parent lui est le symbole de l’autonomie qu’on acquiere et de l’amour humain, de l’amour de celui qui nous éléve, et de l’amour que cette relation révéle de la solidarité à l’autre tout comme à l’universel.

§.155.

Elle m’avait sous estimée, bien sur, parce qu’avant elle et cette manière nouvelle de voir les choses puisque différemment elles se présentaient)

§.156.

Je m’étais arrêter pour penser en route.

§.157.

Mettre longtemps pour réfléchir.

Et prendre ce temps.

Ne lâcher ce sujet, la solution me venant pas immédiatement.

§.158.

La recherche du sens = réorientation ré dosage qui crée l’excitation sensorielle appel au sens, recentralisation orgasme.

§.159.

La provocation à une âme.

Ce qu’elle provoque dans toutes les têtes auparavant était.

Aux enfants qui ont leurs parents ligués.

§.160.

Je vivais de ça heureux.

En tout mais n’y réfléchissant pas.

Et un jour tout s’écroula.

§.161.

Ces mots anodins qui révélaient et réanimaient tout ce qu’on et pourquoi on était.

Une marguerite, un lapin.

Le soleil de mon enfance.

Maman et le romantisme du quotidien.

§.162.

Penser.

Cette chanson symbole de mes suppositions, maintenant me dégoûtait (quand avant j’avais fantasmé pour elle mon attrait).

Quand je pense que c’est à ça que nos vies perdues, passaient.

§.163.

S’avoir à l’économie, au commerce est la meilleure façon si on veut par la communication quotidienne être informé.

La recherche, le savoir, les idées à porté.

COURAMMENT.

§.164.

Aider l’autre et soigner.

Et accéder aux bonheurs car s’apercevoir combien les problèmes sont compliqués et que c’est seulement pourça qu’ils peuvent continuer.

Et même par vice, ou par méchanceté.

§.165.

La haine, la mort.

La peur d’être laissé en train de crever.

Rejet du corps.

§.166.

Conquérir ce que je voulais pour elle qu’il y est.

La contenir la fidélité même au prix de l’abstinence, du célibat etc.

Permettait de la contenir.

En contenir ce qu’il me faut qui puisse lui convenir.

Mon amour accueillir.

§.167.

La peur par un mobiliser.

L’attention centralisé, tout le mouvements qu’il faisait me surprenaient, personne si d’une pichenette un bruit de boite il produisait.

(Bien que ce serait le bruit d’une bombe passé inaperçu, parce qu’on lui attribuerait.

§.168.

L’on maintient son crayon et en n’importe quoi pourvu qu’on aie quelque chose à suggérer, à figurer symbolique transporte l’idée.

L’idée, l’énergie.

§.169.

L’énergie, la vie qu’éclose.

Est close.

Mais dans l’œuf.

La naissance ressentit.

Toutes les chances qu’a le hasard d’engendrer.

§.170.

On ne s’avouait (nous ne nous avouions) le véritable rôle qui jouait en nous les gens parce que leur fusion situationnellement ne pouvait comprendre.

Exemple : il était mon mari = celui qui me donnait l’exemple de ce que je voulais et pourça quel époux ou épouse il me fallait devenir.

Sauf qu’il était impossible pour nous de se marier.

§.171.

N’y est.

Nier.

Ni ai.

Rébus : Œuf et bannières.

Buse.

§.172.

Il avait été en contact avec des réalités que l’autre ignorait.

Il se disait que l’autre pourrait s’en arranger.

Il créait des situations développant ce qu’il lui fallait des qualités requises.

§.173.

Le sport rassemble les peuples de voir des gens formés pour que la connaissance du corps puisse avancer.

Le sport contrairement à la culture est automatiquement compris par tous qui devront travailler avec lui.

§.174.

Ah ! J’allais oublier cette chance qu’écoutais, toute ma famille pouvant me rappeler mon esprit naissant et ressuscitant.

§.175.

L’expression était pouvoir faire pleurer son visage sans que de traces sur ses yeux ne puisse rester.

Ses yeux de tous épargnaient.

§.176.

Les rides mais les notre étaient temple de la temporalité à posteriori ou anticipant à se régler.

§.177.

J’étais fou !

J’avais des à priori.

Je dois avouer.

Une fois qu’on convenait à temps des appropriés, le groupe de fans pouvait alors commencer à réfléchir.

§.178.

Ne pas se forcer car tout à une origine et donc il y a quelque chose que demandant de nous aider pour aller au bon endroit.

§.179.

Les gens de droite qui en sont par croyance d’un niveau de vie élevé pour tous.

Seulement qualité veut dire cherche homme à un chose dévoué, de qualité ne veut pas dire consommer.

§.180.

Les conneries qui se disaient qui me rappelaient les miennes d’antan et me rendaient moins acide pour celles que je répéterais.

Quand futilité rappelait ce combat constant.

§.181.

Mare        –       gueux      –       rite.

Prés de la-     pas que     –      eux (muet)être.

§.182.

Peut être la – (puis illisible.)

Aux enfants qui s’aiment comme ils voudraient s’aimer quand comme plus grand.

§.183.

Il fallait s’habituer aux troubles pour enfin remarquer qu’ils nous ressemblent et réussir à avoir le mal par la racine.

§.184.

Se confier à ses enfants.

Ou aux; eux enfants est une expérience parentale.

§.185.

La méthode, le sang-froid.

Aller d’un point à un autre en le sachant permet de réfléchir constamment à comment au mieux stabiliser, utiliser le chemin devant.

Pas de perte. Ni perdant.

§.186.

Être constant. Pouvoir préparer sa mort.

Comme sa présence dans le courant glissant.

lui appartenir, un ensemble, étant sûre que sa matrice ne s’éteint pas puisque la nourrissant.

Prendre son temps.

§.187.

Croire que quelqu’un est idiot parce que soi-même le centre se pensant.

Le temps d’être en connexion avec l’autre pour comprendre ce qu’il est entrain d’expliquer.

Et l’univers se faire.

Le chemin jusqu’à l’autre pour savoir expliquer.

Pour qu’il y est vraiment.

§.189.

Combien de rêves avais-je pu avoir qui n’avait été prémonitoire parce que quelque chose ayant été décidé la veille par un des acteurs fut le lendemain repassé ou annulé ?

§.190.

Comme il fallait réfléchir longuement avant de s’apercevoir ce que l’intelligence emmagasinait.

Les théories grossières, bourrages de crânes, essayaient de tenir à courant le peuple affolé pour que ne soit perdues de vues  la menace de quelques choses auxquelles on échappait.

echapper dans le sens de n’être encore capable ou de détecter ou au moins pour sûr de nommer ou spécifier.

§.191.

Tout traité, étude était vecteur de d’auto apaisement on alimentait, accumulait un savoir-faire. etre lançer et s’arrêter quand quelque chose arrivait à notre heure ou notre flair attirait.

Réfléchir sur ce quoi on avait décidé que reposerait notre qualification.

de se reprenne notre justification.

§.192.

Ces lieux de rendez-vous.

Qui permettaient des discussions avec les objets, l’environment, le rituel, le passé, l’idée_quand l’autre, le désir, le futur, n’y était.

l’imaginer.

§.193.

Un enfant était dans le couple ce qui permettait que deuil puisse être vécu comme une vie qui continuait. N’être pas seul pour pouvoir l’autre sentir encore toutes nos parties (intimement porter) aimer, parce que parties de nous tenues ouvertes sur ce qui ne cesserait de se passer.

§.194

Être familier à un lieu.

Se rendre compte quoi qu’elle soit grossièrement porté en soi, elle en ces raisons que jamais nous mêmes abritions.

La révolution évolutive ne s’arrêtait

Toute constitution de la métaphore en cours implique.

Mais hésitant comme ce qui l’habitait.

§.195.

Devant l’excitation.

Du calme, du calme.

§.196.

L’affirmation de l’idée/ l’action / et que doit-on trouver pour affiner ce que trouver ou en cours être stabilisé.

§.197.

Les erreurs grossières maintiennent ce qui se passa dans l’histoire.

On est toujours pour la possibilité mais où son alors étudié, idolâtré des siècles derniers pour savoir que les moments ont existé. Qu’est-ce qui revenait ?

La réponse à pourquoi plus ou moins de ressources permirent.

§.198.

Aimer sa solitude autant que le moment merveilleux que la vie le permettait.

Autant que l’on voulait.

Cette recherche.

Pour que la solitude face à son art était l’avoir couvé.

L’amour – Le fait.

§.199.

Pour se servir de certaines situations j’avais pratiqué l’ablation du voleur.

On ne me demandait plus de faire circuler mon sang mais autre chose le reverrais forcément.

Après tout, tout n’était pas affaire de choix.

§.200.

Être rêveur.

Avoir le droit de penser à sa fiancée.

Expression – revendication du mouvement.

Esprit docteur.

§.201.

L’on implique à ce que l’on a fait, ému, qualifié, cependant tout ce que l’on voit, ne se voit qu’en pensée.

Le chaos. Disons le désordre ainsi appelé.

C’est ainsi que l’autre regroupe,une idée (l’unique, la ferveur)

§.202.

La vérité se trouve dans la construction.

Car répond aux questions qu’on se pose sans jamais cessé de les reconduire.

Pourquoi finir toujours par finir ?

La vérité sous forme de paroles.

Car l’idée en est le matériau de construction et les mots servent bien d’outils et d’ouvriers.

                                                                                          tiennent lieu

quand la communication sert à unifier.

l’idée est le seul, l’infiniment.

§.203.

Les hommes avaient des théories sur les femmes comme n’ayant pas d’âmes  –  –  –

Parce que l’homme ne pensait pas quelqu’un capable de l’aimer. (Tu y a mis le temps mais tu as compris : Enfin. L’évidence indémontrable.)

Amour porter = être analysé,compris, recherché, et que le temps à cela soit octroyé.

Les théories l’avis des femmes sur l’autre devant refléter.

les hommes avait la parole sur les pensées grossières; d’un petit nombre, du même nombre d’homme ou de femmes à l’égard de tout et du reste…rire de disserter sur cela; comme si il fallait encore se convaincre qu’une différence entre esprits il y avait.

§.204.

L’émotion donne à l’action, le comment pouvoir, le courant pour s’exercer et s’ériger et l’action à l’émotion sa légitimité.

§204 b

La polygamie n’est pas au sens stricte du terme car si diviser on ne peut être époux entier.

§.205.

On m’avait interdit d’aimer ma mère.

Je ne cherchais plus que les hommes du même age depuis cela :

Le mien progressant, celui de mes conquêtes pas.

rapport vis à vis du murissement.

§.206.

Une juste diète. Pas de graisse amenait l’homme à chercher comment palier ses carences.

Puisque seraient mises à nues quand il cessera de prétendre qu’elles ne sont (En cachant l’inadaptabilité de ce qu’il prend en prenant over dose tel calmant = en s’engraissant.

 1 – Réflexion sur le soin, le be soin interne.

 2 – Réflexion sur s’aliment.

§.207.

Désirer. Quelqu’un.

C’est préparer l’enfant ou enfantement à endosser ses valeurs.

le travail du procréateur.

§.208.

L’essai de communication est un don en temps présent et doit être pris comme tel, c’est à dire récompenser l’autre d’utiliser.

Comme énergie additionnelle.

Le principe de concentration, ré concentration, dé concentration part du fait que l’énergie nous ayant projeté vers un tout et l’énergie libérée en arrivant à ce but et celle cherchée après seront différente; et du point de vue de la prise de conscience et de l’utilisation pleine ou partielle différée.

§.209.

Parler aux gens comme à nos parents. Parler pour se nourrir et alimenter.

Parler comme à ceux qui au temps étaient des nôtres et que le devoir que sait chacun nous tient séparé.

De plus en plus de gestes signifiant qu’on ne sent quel sentiment (Ceux qu’on aimerait voir assurés justement.)

On en reproduit encore et encore tout le temps.

Et plus on s’adonne à ça plus on oubli que les autres font, œuvre pour la même chose mais qu’on ne les voit pas.

On fait dix sourires pour se dire paix entre nous alors qu’on ne tient compte, ou dénigre, ou s’ampute de celui qui ne sourit pas mais qui le garde comme nous, au même titre que n’importe quoi..

§.210.

Vouloir être pour personne d’une spécialité c’est reconnaître être handicapé dans certaines –       –

Et par amour pour sa mission (qui doit comme vue comme pouvant de tout désirer) devoir le rester.

§.211.

L’homme avait appris la discrétion dans ses gestes et réaction pour arriver à servir un pouvoir (Qui se trouvait être celui qui centralisait, qui administrait.

Avant en gardant pour lui, en lui ses opinions.

Puisqu’il ne pourrait se passer de structures pour penser, développement diffusé donc.

Expérimenter l’applicabilité de ses idées.

§.212.

Ne pas dépendre de quelqu’un (rapport de pouvoir et d’autorité, aussi bien en tant que savoir ou informer hiérarchiquement).

§.213.

Son équilibre personnel.

Problème : Que chaque chose reste sous le contrôle de tous afin que sa soif d’expérimentation sur la santé des autres n’empiète pas.

Besoin d’expérimentation = là où l’autre on ne rencontre pas.

Sa force d’organisation.

On n’arrête pas une idée, idée qui est le transfert sur ce qu’on avait à comprendre et le rendre (donc pouvoir en changer de l’autre bien sur, du monde)

Sur une communauté ouverte à cela.

§213 B

C’est parce qu’ils mettent un temps infini à pousser que les cheveux peuvent avoir des reflets.

§.214.

Le mythe de l’horizon.

–               –               –

§.215.

Lors d’un étirement.

Revenir en position normale, médiane.

Membres après membres, simplement après segments.

Avant tous autres enchaînements.

§.216.

Après s’être nourri, on nourrit la nourriture.

L’appétit ne s’arrête pas.

§.217.

Être papa c’est trouvé l’effort porteur.

Le savoir-faire pour les siens.

Savoir le devoir, comme celui de l’autre peut me transporter sans fin.

Ne plus ressentir d’agressivité parce que la douleur disparaît.

Ne plus voir l’effort comme à doser.

Parce que part le but est à l’orchestrer.

On courra mieux vers notre épreuve si elle nous valut d’être éclopé.

§.218.

Observer l’autre.

C’était ressusciter (puisque l’observation à l’application de ce qu’on avait vu menait).

Ce que l’autre vivait.

Ce qu’on a vu de lui étant la résurrection d’un moment par lui saisi.

La communication est une demande à l’autre de faire agir son expérience.

Question entraînement quand impact sur nous elle aurait.

D’où une situation suivante d’inspection.

§.219.

Le sexe, la sensation centralisatrice et aussi sensible qu’elle arrive au summum de l’énergie.

§.220.

Ils n’ont pas pu leur faire du mal gratuitement.

Tu crois qu’ils les ont payés ?

221.

Ce n’était pas les autres qui me dictaient les phrases, mais entendre ce qu’ils savaient complétaient mes connaissances ou me donnait une idée dans quel sens je devais les continuer.

Donc la compréhension est une communication vivante, assemblée, et pouvant rassembler.

§.222.

Il, parce qu’il réveillait ce qui dormait en moi.

§.223.

J’écrivais quand, même les idées dont je savais parfaitement qu’elles étaient mineures.

Ecrire pour un écrivain revenait à tracer était le travail –     –       – qui se faisait.

§.224.

Chaque chose nous changeant de nos habitudes nous permet devant se faire pour pouvoir en innovant renforcer l’action qu’à notre vie chacun de ces actes consistait en un éveil, en le réveil de la joue que l’on découvre comme étant la prochaine étape d’une pleine créativité.

L’acte créateur consistant là à permettre, à octroyer, réaliser, avancer ce qui est déjà sur ce comment il demande à être décoincé.

Inter-activité.

§.225.

Prendre des risques, connaître ses propres faiblesses c’est pouvoir être content d’avoir fait les frais de l’apprentissage qu’un autre faisait.

Savoir que l’expérience à cela de grand qu’elle instruit, qu’elle nourrit l’esprit et que de voir un esprit s’ouvrir est le sien qui grandit.

§.226.

Les vieux regardant les jeunes comme s’ils y avaient 150 000 ans entre eux.

Les vieux devant ce qu’ils devraient être en plein dans l’essor  de ce que leur propre jeunesse permit mieux.

§.227.

Je n’avais pas rendez-vous avec l’évènement aujourd’hui mais avec le signe, je savais avoir à trouver le symbole de ce que toute ma vie drainait.

Je me tenais posté au même endroit ou ma réflexion s’architecturait et à moi les enblèmes reviendraient.

beaux, ceux superbes non pas de ne dire ce que l’avenir serait, mais de pouvoir susciter un avis sur ce que pourrait.

§.228.

L’aisance des gestes explique le détachement.

Leur crispation. En cours d’habilitation.

Leur réussite une non hésitation , savoir comment et qu’elle issue prendrait-on.

§.229.

Avoir hâte de se retrouver plus tard.

Faute d’avoir préparer et donc séparer les choses maintenant.

230.

Dire bonjour pour signaler sa venue de manière sonore.

Comme on voyait l’aveugle, lui sentait en notre vue ce qu’elle produisait à délà de stimuli.

§.231.

L’appel du sexe était gênant, car la sensation d’orgasme aux parties du corps permettait de s’extasier, d’un mouvement rassembler s’alimenter et se sentir attribué de toute l’énergie qui nous enivrait.

Opulence, haut débit, une impression de finit qui peut de l’autre tenter et par sa continuité, (sa conscience de lui-même et pleine reconnaissance) l’espèce continuer.

§.232.

L’amour de ses moyens.

L’union à eux.

Car toute son activité dans ce qu’elle à de facilité et de limité trouve pourquoi elle est.

Performance relié. Pensée.

§.233.

La philosophie est pleine d’évidence.

Elle fête la gloire de ce qui s’offre à regarder.

la philosophie étant l’art de penser.

§.234.

Ne pas chercher à faire quelque chose c’est s’assurer de n’avoir la vanité, ou de trop grand denivellé en expension.

C’est pouvoir référer, réparer ce qu’on a manqué ou ce qui venait sans qu’il y ait suspend.

                                                                                                                   Rattrapage.

                                                                                                                    Fleur T age.

                                                                                                                    Et événement.

§.235.

Pourquoi douter de soi ce n’est pas bien ?

( Pourquoi ne pas douter de l’entourage et accompagnement lorsqu’il n’est pas homogène et constructif à cent pour cent.)

SELECT DOC DANY.

§.236.

La frénésie de la corvée.

Comme celle où il fallait toujours paraître bien, mieux, concerné.

De crainte que si plus cela n’allait moins cela voudrait.

Oublier d’être leur vieux, comme on est.

Chacun à ses affaires si les affaires étaient sûre.

De nous voir tous avec amour et autonomie le pourrait.

L’exercice de l’escalade réussissait tant que la montagne on comptait épouser.

§.237.

L’exubérance ou simplement un comportement détaché, singulier.

Démontre d’une volonté de chercher où accoster sans voir de rire

Gêne détecter.

§.238.

L’aventure, l’écriture.

Avoir des idées.

Les écrire et parcourir. Puis après les avoir faites.

Pouvoir les ranger ou les rayer.

La jouissance de l’agenda, du cahier.

§.239.

Avoir tellement mal en soi.

Que considérer la destruction de l’un ou l’autre comme une libération.

Une option salutaire.

Eprouver ce besoin là.

§.240.

Nous sommes et devons nous considérer comme l’exemple et le centre de ce qui se fait.

Dépendre de comment on regarde ce qui a été fait.

Et d’où.

Différentes dimensions, de recul.

Parler aux gens comme on aurait eu envie de les voir au matin.

§.241.

Pourquoi n’avais-je pas pleurer comme elle cette fois là tout le long que montions cette rue.

Peut être parce que depuis longtemps sinon prévenu, aperçu.

§.242.

D’être regarder avec mes yeux d’adultes.

Pour me sentir de nouveau enfant il me fallut.

de reconquérir cette liberté d’entends.

a corps.

antan; entendu.

La vengeance était briguée parce que l’on voulait évaluer sur le coup (en vision directe) l’approche désireuse ne s’était pas soldée. Ou les croyances perverses ou l’ignorance baiseuse.

§.243.

La conscience.

La conscience d’être à une organisation.

La conscience d’être à une organisation dont l’action est la gestion.

La conscience d’être pris en compte et de devoir (se) rendre compte provoquait chez l’individu un coûte que coûte d’être

Perçu et de perception.

Etre dans le jeu.

§.244.

C’est à dire que tous nos gestes et leur résultat s devant être perçu par quelqu’un.

Pour le meilleur et pour le pire. (Pris, Prix, Prie.)

Car il en était de même pour les gestes dont on ne savait

( Nous ne savions) faire soi même (Et perte, faute du contrôle de leur résultat et même de l’état de nous)

Violence et cetera.

L’existence de plusieurs groupes était basé pour ça.

Puisque l’individu (qui expliquait déjà le groupe, un exemple de pluralité) pouvait, s’expliquait une absence de résultat perceptible car action s’adonnant, allant vers une autre (Plateforme) d’expérimentation.

Ce que je ne soulignais pas n’était pas ce qui n’avait pas d’importance.

Mais ce pourquoi l’on avait les bonnes compétences.

§.245.

Mon grand père pêchant sentant l’eau et son mouvement.

Combien avait-il pu avoir et s’occuper d’idées.

Combien ?

Une idée dont chacune exige qu’on s’en occupe.

Mon regard plonge dans l’étang. Et s’étend.

Est-ce autant ?

Qu’est le temps ?

§.246.

Aimer quelqu’un, prendre ses réflexes.

L’aimer, l’ avoir enduré.

Savoir combien elle fit mal interpréter.

Reconnaître.

§.247.

Me mettre entre ses mains.

Savoir qu’elle en userait, s’en en abuser.

Savoir de celle que j’aimais qu’elle était intelligente.

Lui donner les éléments.

Un à un, la réflexion en commun était le champ.

Avoir des enfants est passé un temps dans l’observation de l’autre ainsi qu’à l’explication de ce qu’on fait.

§.248.

Tout écrivain peut à lui tout lecteur intéresser.

Il ne manque plus que de convenir de l’exact et interminable des sujets.

§.249.

Supporter les erreurs de son compagnon, le préparer à y renoncer.

La dépendance fait cela.

§.250.

L’équilibre de l’énergie.

C’est l’énergie à tous.

Et mettant au délai.

Ne pas montrer qu’on puisse se défendre c’est de dire non cela ne risque pas de tomber sur moi.

§.251.

L’esprit de chacun de ses gestes permet aux qualités d’établir un pont.

Un novice en course pourra communiquer les qualités qu’il aurait développé en elle aux vues de ce qu’il devra dans d’autres cas que cela.

§.252.

Savoir combien la vie passe vite, savoir combien si peu de gens sont restés, annonce le plaisir d’être observé.

Ce pouvoir que dans chaque gestes on puise à l’autre tout rappeler, que tout il puisse reglisser.

Et voir dans le retour, qu’évidemment cela forge son effet.

§.253.

Son charme qu’elle pensait être.

Un devoir envers l’autre.

Un devoir reposant.

§.254.

Être troublé devant une décision pouvait appeler à en prendre une autre.

Est- ce pas ou bien pas assez.

Arrêtons de se demander.

Et enchaîner sur une autre activité.

§.255.

Lire des romans policiers.

Pour s’exercer à dans sa vie détecter.

L’art invite à l’état d’esprit.

Histoire de s’y retrouver.

§.256.

Accompagné de l’amour, les autres plans que ça me faisait gerber à pleurer.

Je pourrais élever des plans obstinément des plans culs je n’en trouvais pas.

§.257.

Ce souvenir de ces gens m’habitant, source de mes réactions et défenses et procédé de compréhension.

Toujours inattendu en soi surgissant d’une urgence qui en disait long sur ce que d’autre s’était installé durablement (sans même plus que l’on ne s’aperçoivent, que l’on les détachent de notre morale.

§.258.

Le sens tombant sous le sens.

C’est à dire le fait de pouvoir regarder sans que le regard s’use ne serait-il pas inconsciemment entrain de regarder ce qu’il comme lui même considère.

Comme étant quelque chose de lui. (en lui)

Qui ne nécessite ni éloignement ni rapprochement.

La partie elle usant les sens et à quoi on réfléchit quant à l’évitement de la dégénérescence.

§.259.

Le jugement naît d’une faiblesse à chercher le pourquoi s’est-il passé ceci.

Et pourquoi ne fais-je pas ceci ?

§.260.

Espérer que l’autre (animal) se nourrissent de ce qu’on ne peut digérer pour que dure la vie en cas de pénurie.

§.261.

Un canard couché sur une nappe d’algue plantée ;

Les flots faisant bouger, gèrent aux algues sans dévier.

§.262.

On apprenait à l’enfant réagir à nos réactions, mais devant d’autres réactions.

Qu’est-ce qui se passait ?

La machine ne sachant plus s’arrêter.

c’est ainsi que puisque la societé est morcellé; on apprend à réagir conditionné sur une situation alors que les situations doivent être interméllées et solidaires et tangentes et et ::: si tant est qu’on espère un temps de paix.

§.263.

Être trop exigeant = intolérant.

Parce qu’il nous fallait rester en un seul endroit, à une seule tâche.

Alors que notre esprit aimait, avait, était à voguer.

Mais à cette tâche là pour se nourrir où être nourrit, rester.

que faire de ce qu’on ne faisait ?

§.264.

Va te faire sucer est dire.

Pas facile d’y arriver.

Ou encore à jouir sur le moment tu n’y es.

§.265.

Mourir pour elle était ce à quoi je devais me préparer.

Être la plus forte de ses guerriers.

Et la plus forte face à la vie être puisqu’une vie allait durer.

Et si c’est elle qui venait à me quitter.

Une vie de plus serait suffisante à me servir de ce que vivre ça.

Est le plus accompli.

Ce qui ne sert pas le corps ni l’esprit mais le tout en nous dans les tripes.

Ce qui donne qu’âme ne meurt pas.

§.266.

Tout ce qui en était dit pour un en particulier est à tenir.

Et tout ce qui serait dit par tous,un plus grand espace ne peut convenir.

L’autre tient éveillé.

§.267.

L’usure peut venir de vouloir rabâcher l’effort (exemple : de la voir qui prend.) on ne cesse de la solliciter car au lieu de compter sur son immobilité pour tenir une stabilité, on la montrait à reprendre et lâcher.

§.268.

Le signe dont on peut dire qu’il éclaira ou obstrua.

Qu’il fallut suivre ou rejetait.

Le signe parce qu’une explication on lui trouva.

La raison que l’on croit.

Et lui assure un soutien dit dans providence.

§.269.Savoir être naissait de ce que les gens pensait qu’on était.

Et ces deux là.

De l’autre.

Comme la forme que l’on revêt vous donne une idée de la puissance renouvelée une forme qu’on veut déterminée. L’obsession à la quelle on s’est attachée.

§.270.

Une idée de la mort dans ce que consciemment on faisait et ne s’était pas révélé.

Pourquoi s’entêter.

La réincarnation est toujours au delà de tout ce qu’on aurait pensé.

§.271.

L’excès d’N. R. J., est une énergie qui est déjà débloquée, mais mal investit.

§.272.

Conséquence sur soi d’un autre temps. Incarnée par d’autre réalité.

Réagir neutre pour englober.

§.273.

La fascination à la hauteur de ce qu’on a à nous apprendre (= ce que l’on met.)

Le pouvoir concerné.

§.274.

On pouvait lire une page d’un hauteur pour voir un mot. Ce mot qui viendra nous bercer, nous propulser.

§.275.

Se sentir pleurer, réagir un peu ou trop peu nous aura vidée.

§.276.

L’émotion ressentit n’est qu’une proposition de l’esprit. (Un signal, la réplique de quelque chose senti et renouvelable et modifiable à volonté.

Dit qu’il est temps que par ça tu te ré énergise.

Sert toi à ton envie.

§.277.

Comprendre sa limite autant qu’on a pu explorer sa spécialité, passion, particularité.

Se dire à travers cela tout j’ai pu être.

Et toujours la même chose qui en ressortait.

Besoin de muter ?

§.278.

Cette rencontre que je mis en place de tout changer ou revoir.

§.279.

L’attirance pour l’opulence aurait un objectif, la santé et la sécurité car on savait bien qu’un esprit à besoin d’être tout absorbé.

§.280.

L’être seul.

Le héro solitaire, le loup égaré.

Nos rencontres avec le solitaire ou l’indépendant fait que d’être, de faire partie de son processus d’identification (sur nous il va falloir, il va savoir s’appuyer aussi conciemment qu’il mène la bar e son destin consciencieusement.)

en reconnaissance 2.

§.281.

La spiritualité est de se poser des questions sur son existence.

Bien sur car est partir donc s’en poser.

§.282.

Le fait de notre si grande ressemblance me faisait perdre l’image de moi.

Puisque mes repères se posait sur l’autre étant donné que c’est l’autre qui face me faisait; et comptait.

§.283.

La peur est un appel.

Car à force de rencontre on apprend à résoudre le problème.

Et ne plus avoir peur de l’objet ( on en fait une source d’énergie = l’action plus loin emmenée) et ne plus avoir peur de son absence (car savoir que plus loin retrouvé, poussé)

§.284.

L’agressivité naît que l’on ne _noeud se rend pas compte que l’etre comme d’énergie est fait pour être à bon escient, mobilisé, utilisé.

Avoir déjà en main la clef.

Quel que soit l’impression de difficulté.

§.285.

Tenter de manipuler ses sensations car savoir qu’en une domaine on est le roi ; mais perdre à cause de vouloir faire reposer sa tranquilité sur cela. perdre l’énergie utilisée à se remettre en train, en sortant d’abord de quelque chose qui par sa nouveauté, (pureté) nous remettrait droit.

chemin et humilité.

§.286.

Qu’il n’y aient de variation que celles que l’on rencontre (que l’on appelle).

§.287.

Qui sont logiquement des variations que l’on retiendra parce que le lien dans lequel on se tient de la logique de toute notre démarche ( de nos réflexions antérieures ) tiens déjà.

N’être comme variation que celles apportés par se rendre compte n’est pas une connaissance à déjà disooser mais un éclair par la situation créé.

La connaissance à disposition est ce qui reste bloqué.

§.288.

Être pris pour ce qu’on est pas (Pour ce con l’est pas ?) tant mieux.

Faire appel à ce qui est chez l’autre et passer avoir été ou être chez soi. Etre de ça.

§.289.

S’interrompre pour parler et perdre son idée mais informer ou s’informer.

Avoir une idée sur ce que l’autre peut en penser = comment l’abreuver.

§.290.

Se diviser.

Car n’est pas le même celui qui porte le problème et celui qui va le résolver. (Résoudre).

§.291.

avoir moins que tu vois envers de l’action.

(Mais si pas intéressant en soi.)

la réflexion qu’il a incarner.

Avoir moins l’acharnement.

Avoir la réserve qui ne permet déjà de préparer quelque chose de mieux que celui là.

Ou la réserve me permettant d’entendre ce que tu lui répondra.

§.292.

Le vieux combattant solitaire n’a pas de tension à gérer ainsi il peut réfléchir à celle vers lesquelles il va.

§.293.

Penser à son ventre alors que l’autre monde manque de calories.

Penser à son ventre avant tout.

Rentrer bêtement dans l’écueil.

§.294.

Comprendre les autres.

Est bêtement pouvoir lui donner. (Leur).

§.295.

Le don de soi ne se regrette pas car à la capacité de souligner les interactions.

Ce qui s’aide et se ré connecte et cetera.

Ce qui fuse et rebondit. Ou sur quoi ?

§.296.

Et papa tu m’as fait avec quoi. (Devine).

Toute ma fougue et accessoirement ta mère. (Bien vu).

§.297.

Il n’y a que le don de soi pour révéler l’erreur.

Le chaînon manquant.

La bataille la force tombe à côté et pourquoi.

Parce que ceci pouvait avoir comme ça et on ne le pensait pas.

Le sacrifisme. Le symbolisme.

§.298.

( Ne ) rien attendre.

Tout maintenir et entreprendre.

Donne l’assurance de celui qui vaincra.

Eviter le vertige.

Ne pas presser le pas.

Faire sur nous. Cilpabilisation.

§.299.

Le geste retentissait.

D’être dit au moment où décidé, s’étendant ou atteignait.

2      – d’avoir été tant contredit ou préparé.

3      Si y est et fuit.

On se disait du voyeur qu’il avait certainement quelque chose à apprendre.

§.300.

Pourri.

Etre une flèche il le prit.

Il ne lui avait répondu l’autre fois d’avoir pu par lui se calmer.

§.301.

Puisque c’était notre vie qui se jouait à chacun de nos gestes.

§.302.

Evidemment je ne disais pas j’ai peur de la perdre, quand j’agissais.

Dans nos actes étaient empreins de cette prudence là.

A longueur de journées d’avoir le courage d’assumer cette contrainte là.

§.303.

Et si était rejeté l’échec.

Comment quand maman arrive de nous voir douter.

§.304.

Bien heureux elle n’est pas là.

Pour voir ces gamelles là.

§.305.

Penser tout le temps à l’autre.

C’était vivre avec nos moments biens morts trépied en toutes circonstances.

La pudeur, l’exclusivité de nos sentiments,le fait qu’il soit sans fuite,imperturbable, imprenable.

Qu’il soit exprimable à tout le monde,à la face de la terre.

L’énergie, toute l’énergie aidant jamais suffisant.

L’amour.

L’ensemble.

N’ayant de plus grand.

§.306.

L’inaction. Laisser connaître les choses.

Mon amour voilà ce que permet le conflit,plus ne pas savoir que soit réfléchi.

(Hormis l’effectuer.)

Avoir un élément ayant toutes les caractéristiques.

§.307.

Je ne vous lis pas pour apprendre quelque choses mais pour savoir si de nos têtes le messages passe bien.

Les mêmes pensées, comme intellectuellement et psychiquement, chimiquement peuvent s’échanger.

Comme la télépathie  prend le relais.

§.308.

La question du conflit.

Comment s’en dépêtrer ?

§.309.

La surpression perçu.

Dans l’attente qu’une sans, puisse se mélanger.

Percevoir. Associer. Décoincer.

§.310.

Prendre le temps = lui donner entièrement = pouvoir qu’il arrive comme il se doit.

§.311.

Laisser moi mourir en paix.

Dans le dernier moment se réfugie le désir d’immortalité.

§.312.

Ce qu’on ne voit pas, la suspension, le mouvement qui à notre conscience a permis.

§.313.

Courir, se servir d’une spécialité était avoir en soi la préoccupation de s ‘épargner.

De prendre gare au danger.

§.314.

Un groupe en séparation, antagonistes distincts, représente le dilemme et n’ayant de dynamisation psychique.

Pour la même chose le même problème.

Un esprit qui s’en vient et l’autre contre le pour et le contre.

Les deux gardiens qui maintiennent une large vue sur tout système.

§.315.

Le tri automatique, continuer son chemin et attendre que l’idée s’invente d’elle même.

Car continuer le chemin est penser et –  – les éléments dont on a le plus besoin pour que la route soit plus belle.

§.315.

La mort est le pouvoir ne plus bouger, de n’être contraint à aucune sollicitation.

§.316.

Tant qu’on ne pourra bronzer comme on veut et en toute tranquillité, existeront de jardins privés.

Tant qu’existeront des privilèges, la violence vécu comme une explication (cicatrisant, un envers de ou revers la situation.)

.

Comme tout moyen de réfléchir est une occasion de liberté. car la réflexion est que d’une perception et vécu personnel des situations, un étalage des outils possibles à disposition pour proposer solutions, ébaucher. Tout étant matière à réflexion, et réflexion ce que l’esprit à transpirer de libération.

§.317.

Un endroit à s’approprier pour avoir le temps de voir en lui la vie circuler.

Être surpris, puis l’appeler.

Pour la savoir prêt pareillement s’activant et respirer.

§.318.

j’aimerais arrêter d’écrire tellement j’en arrive à le détester aussi.

§.319.

Pour l’équilibre du corps.

Equilibre de l’espace.

Il fallait toujours s’en reférer à la gravité.

Au sol pour chacun de ses segments car où que soit et se présente le reste du corps il fallait qu’il soit lui même attaché à elle, fixé en dedans.

L’amour c’était pouvoir tout décrocher mais ne pas penser à ce que cela avait comme valeur (ce que cela délivrait comme opportunité) mais ramené-vénéré, s’inspirer toujours de ce quoi notre force venait.

§.320.

Se rendre compte d’une expérience vécue, d’une moralité, d’un experience de ce qui pourrait se passer = des positions initialles qui s’étaient transformées.

Quelles conclusions on en tirait mais on sentait la force de l’évènement

En se demandant quelle importance il aurait pour les autres, comment ils s’en serviraient, s’en souviendrait.

§.321.

Le travail représentait tout.

Jusqu’à ce que je me rende compte qu’il était mon moyen de compter les années et que c’était ainsi qu’il devenait indispensable ou si précieux pour moi.

§.322.

A la vue de comment des cafards colonisaient des lieux vétustes on se dit que vivre sans pesticides on est pas.

§.323.

Tous les coins dont on avait à s’occuper correspondaient aux péripéties de ce qui sommeillait ; De nos paralysies.

§.324.

Il ne prenait rien que de très logique que dans rêver de faits auxquels on n’a pas pensé depuis des années.

Car quand soi même on repense à des évènements du passé et que décortiquant revient des images de gens que a des moments, de simples fragments nous avait on avait réellement ou avait tellement voulu nous donner, à ce genre de souvenirs là revue tellement que l’esprit à l’autre bout devra sentir qu’est arrivés à terme ce qui envoyé précédemment.

§.325.

Ré expliquer un thème comme on en fait est une opportunité pour que l’esprit se dise si je l’explique la prochaine fois différemment même en rapport avec les infos additionnées du feed-bach ou avec celui avec qui on discutait.

§.326.

Même évènementiel = position différente.

Même exemple = deux différents évènements.

§.327.

Il avait compris ce que personne n’avait admis alors que sans savoir j’en crevais.

La tendresse que j’avais pour lui était venue faire le lien puisque moi-même maintenant ayant brisé l’interdit.

§.328.

Il fallait faire place.

Faire ce qu’on savait et pouvait faire le jour même pour que les idées nouvelles viennent.

§.329.

Ensemble.

A regarde B.

B regarde C.

Et A compte sur B pour communiquer sur ce qu’il à perçu de C.

C’est à dire quel élément à A il manquait.

Se croire incompris.

Se battre (souffrir pour qu’on ne doute de notre raison.

Et s’apercevoir que loin de là on était pris pour un con.

Supporter après toute idée, de chacun, tout représenter l’être souverain.

Comme exemple :  L’escadron.

§.330.

Être à fond dans sa spécialité donne une humilité car ce qu’on sait d’immense sur nos capacités, fait que privé d’elles, on ne se trouve plus capable de concession, de cette force de poursuite, d’adaptation = besoin de soutien pour que donne et dure le lien.

Spécialité avoir besoin de l’autre pour s’enfoncer, être relayé, et l’objet d’un besoin, d’une demande ou acceptation. entendement et étendement.

§.331.

Je pensais cela alors je frayais.

Et si tout s’écroulais.

Alors c’est qu’avant de faire j’avais besoin de révision.

Il ne pouvait avoir d’amour plein et jalousie car aimer c’était être assez fort pour pouvoir tout et en tout –         -.

C’était apprendre justement que cela se pourrait.

N’être pas comme avant. Parce que quelqu’un me suivait.

Sentir son regard, sa présence qui aurait voulu me dévorer.

§.332.

Un jour de me demander. « Mais qu’ais je pour les autres fait ».

Le maximum pour ne pas péter les plombs.

§.333.

Ce qui me tu eras ?

T’as manqué.

Ainsi la notion de responsabilité se constituait.

§.334.

l’absence d’une recherche (Donc d’une sensation de manque) au niveau émotionnel traduit et est permis par une simple demande (que personne ne peut refuser ou faire destruction).

Le désir de continuité.

Le bonheur est dans l’attente.

Le bonheur est dans le près.

§.335.

La différence de notion des territoires était si l’on s’y trouvait par hasard ou que sans aucun prétexte on ne lâchait le terre du regard.

§.336.

Les gens ont la sensation de plagia.

Parce qu’on a déjà entendu ces histoires cent fois du fait que ce sont d’expériences continuelles que l’on comprend et dont on fait des généralités transmissibles à l’autre, les choses essentielles les plus vites faites.

337.

Croire que l’on est mort méchant, insultant, gentil, accordant.

Est d’associer des pensées à des résultats.

Qui ne sont valables que dans le fantasme.

Et encore un fantasme qu’à ne développer (mais qu’on bloque)

Car développement ou construit des mondes = mouvement, changement rééquilibre, attention.

Jugement est image donc ce qu’on pense de soi.

De ses actes.

Sa situation.

338.

Le mystère ne réside pas dans l’opposition femme / homme.

Mais dans ce qu’on aime et à quoi on doit s’allier.

Document ajoutée.

§.339. page 1075.

La drogue ouvre des portes.

Dont on ne peut construire les ponts.

Comme toute dope.

Elle fait croire.

Car c’est ce qui serait à notre portée.

Et ce que l’on surpasserait.

Mais nous assure la vision de n’être construction.

Désillusions.

§.340.

Le mécanisme qui dresse les dates de ceux qu’il connaît.

Le mécanisme qui représente le lecteur qui n’est plus imaginé.

Mais contre le symbole du lecteur par qui ont fait l’art exister.

(Pour moi dada c’est ce que tu es.)

(Merci quand même mais cela je m’en passerai bien).

Tu sais qu’elle était ma profession d’origine pourtant, et passion.

§.341.

Je m’attendais à la mauvaise manipulation je l’ai bien faite.

Pas facile de régler en deux jours ce qui devrait prendre cinq minutes. Au bout du cinq centième coup sur le bouton qui ne veut pas marcher.

Mais il est bien plus facile de croire l’autre in faillible.

§.342.

Aimer à froid : Utiliser sa charge de protéines.

§.343.

Dictature. Pour préserver force de loi.

§.344.

Perte comme résumé de tout ce qu’on à fait.

Puisque fait pour ça = le moment qui arrive.

§.345.

Exclure un.

Pour le forcer à travailler.

§.346.

N’avoir le temps que de sourire pour exprimer.

§.347.

Mourir était la façon de dire à la vie, que l’obligation de mort on lui reprochait.

La laisser.

Laisser tomber nos connaissances pour se rapprocher de ce qu’on avait ingérer pris.

§348.

Non par vraiment pour se suicider mais avoir envie de plonger dans le fleuve pour que l’eau me gobe et que mon corps cesse de-              -, de me donner de lui son démantèlement d’objet dévissé du bébé qui croyait que son corps constamment qu’un ne ferait.

Comme si idéalement on ne faisait un sans avoir à comme récompense de se diviser pour se –      -.

§.349.

La peur d’être jugé par un tiers.

Alors qu’on fait un geste pour un autre.

La peur intervient quand on suspend ce geste.

§.350.

Durée dénier du développement.

§.351.

On parle de création d’emploi.

Alors qu’on impose des travaux dont on a pas besoin, en trop en pourvoyeurs de luxure.

Alors que celui à assouvir ne se fait pas.

Message d’espoir.

§.352.

Le pire ravage de la guerre, des mines, le racisme.

Cette courte vue qui dissémine des attentions ! à chaque fois que se présente un étranger, tout en cherchant à tout prix un allié, comme pour sa vie protéger.

Attention survie.

§.353.

On doit vivre exclusivement/ à soi même afin de ne pas drainer à chaque coup que l’embarcation des situations, des ressources, des alliés se prend une embardée.

§.354.

On vie les choses mais comment les retient-on.

Travail du sommeil, les ré imprimer.

La mort.

§.355.

Sexe faible.

Car convention par être un devoir / à ça.

Protéger.

La femme convoitise, pourvoyeuse d’armée.

Petit = celui qu’on peut dresser.

!

§.356.

Jalousie intra communauté ; Autorisé. Légalisé. Stratifié.

Pour agressivité dans conflit inter.

Voué, permettre, fois, intensifié plus que admettre, glorifier.

Comme catalyser guerre invective qui plus esttout comme objet personnel commun et donner à l’esprit impression de se dresser.

§.357.

Pour t’avoir sauter dessus.

Je ne peux pas m’excuser.

Pour la simple raison que je ne me souviens que du moment où je te faisais mal, pas celui où je me suis jeté je peux t’assurer.

Je t’avais fait une sérieuse bêtise sur ton travail d’étude d’anglais, et tu ne m’as pas fait mal, seulement surpris et vexé.

Si seulement tu pouvais recommencer ma CAROLINE cela ferait que tu serais encore là.

Seulement que je ne risquerait plus de me mettre dans uns situation qui me re-propulserait.

Le travail d’une année à trier des bouquins ressort.

De mon côté je ne croyais pas lui devoir cette explication.

Il était en crise admettons. Ce serait faire offense à son intelligence, à son innée que de lui dire qu’il faut, qu’il va les miennes provoquer.

Ou peut être que non.

Quand moi même cède à la tentation de bouillonnement c’est cela même que j’occulterais-    –       –       -en soif d’effet de feu d’artifice d’événement qui nous prouve que nous même on n’ai en fait    –       -à contrôler.

§.358.

Le temps de la maturation permet de dire et de sentir ce qu’on va développer ou non. Préparation à l’implicite du texte le non dit par non temps, de l’installation on dit en lecteur que l’auteur lui même se sent encore sur le sujet trop ignorant.

!

§.359.

Le regard est le miroir de l’âme car il indique à l’autre où nous regarder, ce qu’on met en avant, la sensation qu’on contrôle ou peur par laquelle on est jauger.

!

§.360.

Etudier les autres.

Pour savoir ce que je n’ai à écrire.

Et ce que j’ai à dire qu’a été fait, déjà servie.

§.361.

Ne pas manger.

Permet de penser à d’autres mets que l’on savoure rien que de savoir que l’abstinence permettra de les savourer.

§.362.

L’homme a le corps qui rend compte que les esprits se rendent visite.

Rû brique.

§.363.

S’enfermer devant un travail.

Façon de ne rien faire que se qui est automatique.

Danger des complications.

Machine nal.

Laissé si on ne les admet pas comme diversifiant notre pensée, apprends des choses.

§.364.

Rencontrer la difficulté.

Pour comprendre ces choses sur lesquelles les autres insistaient.

§.365.

Ne pas être pressé.

Car ne pas le vouloir autrement que bien et quand je saurais super prêt alors tout seul il viendra ou je pourrais m’en passer.

366.

L’âme des mots.

Ou sont d’en finir vite avec ou sont de rendre la densité d’une idée.

§.367.

Pas besoin de mère pour pisser car sa feuille de vigne est dans sa tonsure, son clito feutré.

Et d’aussi d’elle.

Différente.

§.368.

Avoir un comportement inhabituel pour montrer aux autres comment on se sort de l’émotion qu’il occasionne.

§.369.

Faire les choses à fond ainsi la moindre erreur se désigne tellement qu’on à d’autres choix que l’effacement vraiment.

§.370.

Faire comprendre à quelqu’une une sensation, (réaction, impulsion) avant de discuter, ce qui mène à elle nos plus géniales conditions = ce qui fait que nous ne contrôlions

De ce quoi on dépend.

§.371.

Ils nous traitaient de –     – ainsi avec la couleur de notre peau on était susceptible d’être mieux qu’eux .

(les dits plus terres plus paysans)

approcher.

Ils nous traitaient ainsi pour qu’on aille s’en occuper.

Lien.

D’un en un.

Parce que c’est dans la violence que tout reproche se fait.

§.372.

Sentir ses bourrelets mais cette fois avoir raisonnablement manger.

Les sentir pour penser à faire du sport à se tenir droit.

A engager sa graisse quand un geste on déploie.

Et cetera.

§.373.

Pour lui j’aurais donner ma vie, sans compter il était mon bien.

§.374.

Je l’aimais              l’attraction.

Ce qui ne m’empêchait pas de me rebeller en attention.

Se trouvait dans mon amour l’amour de ce qui était.

Fin de DOC 16.

A corriger.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.