computerised extra Doc 22

Les documents ci-dessous ne sont utilisés que pour pouvoir être comptabilisés par les moteurs de recherche, la couleur est blanche pour rester invisible bien que représentant ce que la main a tra©é. Ils sont les documents d’empreinte digitale, mais sont quelquefois trop peu ressemblants à l’original, qui est lui sous forme manuscrite. Si toutefois vous souhaitez jeter un coup d’œil sur les feuilles en question, suivez le lien (bas de page): https://cetviesenfrancais.wordpress.com/

 

 

Les documents ci-dessous ne sont utilisés que pour pouvoir être comptabilisés par les moteurs de recherche, la couleur est blanche pour rester invisible bien que représentant ce que la main a tra©é. Ils sont les documents d’empreinte digitale, mais sont quelquefois trop peu ressemblants à l’original, qui est lui sous forme manuscrite. Si toutefois vous souhaitez jeter un coup d’œil sur les feuilles en question, suivez le lien (bas de page): https://cetviesenfrancais.wordpress.com/

 

S’il vous plait, téléchargez prioritairement les DPF documents en page 1.

 

Les documents ci-dessous, tapes électroniquement- sont les copies partielles – i.e. présentation de certains tomes mais pas dans leurs version intégrales – et parfois non identiques ou incomplètement déchiffrés.

Ces postes, tapes digitalement, ne sont la pour lecture de textes premiers mais pour permettre de retrouver ou rencontrer les textes ou la nature de leur portée.

Les originaux et copies certifies sont en fait les photos de manuscrits, ceux-ci n’ayant pas de traduction électronique, n apparaissent et ne peuvent être enregistres ou répertories par ordinateurs.

Donc une fois que sur ce site il est préférable que vous ouvriez et enregistriez les documents DPF puisqu’ils sont –plus surement- le plus proche de ce que l’auteur a écrit.

Les documents tapes n’ont pas été vérifiés et sont l’essaie de transcription d’une écriture parfois très pénible.

Ceci étant, je vous invite vivement a les lire également puisqu’ils sont plus lisibles et contiennent annotations présentées sous différentes couleurs, par cet autre auteur.

http://unautrepoete.wordpress.com/

Doc 22 Caroline.

 

Pages ; 1046 à 1064.

§.1.

Tisser des relations c’est se mettre en confiance et aussi rendre les exigences personnelles aux uns et aux autres beaucoup plus acérés, âme de la tension.

Comme envers soi-même.

Doser, d’oser.

L’implication, le devoir au travail, ne pas faire n’importe quoi avec cela, relation avec gestion du temps qu’on va y passer.

Proportion des engagements de sa vie.

§.2.

La raison femmes pas guérisseuses parce que porte les enfants.

Femmes nourrices (importance du lait en bas age).

Importance de la portée. La femme travaille moins et important que ses instants de rendement minimum soient centralisés, par à refaire = bébé survivant.

La femme aussi s’occupant des enfants, des blessés.

Femmes plus grandes résistances à  la maladie passé historique avoir été censée présuposée aux mourrants

 §.3.

J’entends au loin un Tapie (s) que l’on bat.

Un enfant rit par saccade dans le même temps.

§.4.

Si je n’avais pas eu comme perspective que la misère.

Par rapport aux mieux nantis.

J’aurais voulu être le roi des bandits. 

§.5.

 Tête du progrès tentant d’ effacer les poblèmes actuels et de compenser ceux du passé.

On avait pas celà voilà pourquoi l’on souffait.

Alors que la souffrance naît du manque mais c’est par le manque de déséquilibre que le manque est alimenté.

Art de la guerre prépondérant privilège de la survie sur la qualité de la vie.

§.6.

Ils détestent, ils haïssent les fashos.

Les branquignoles, les tébés des show.

Les encore plus fashos parce que se réclamant des droits de l’homme.

Ceux qu’on rien co;pri qu delà de zéro.

§.7.

En général les branleurs jouent les hros en ayant rien fait de leur dix doigts de leur vie.

C’est donc ainsi qu’ils la traînent mais ne la reconnaissent pas tant que mieux et ainsi à autrui s’en prennent.

 §.8.

Zou! Allez!

Absolument pas à connotation.

J’ai entendu dire à Claude Chabrol que les prolifiques n’avaient pas pour but de créer la perle mais de pouvoir se protéger un peu des tempêtes.

Et que sa passions des choses pas super l’avait au moins aidé  se débrouiller pour les choses plus élaborées.

Et moi je déteste les brouillons ainsi tout ce que je fais c’est sur une copie que je vais l’mprimer.

le boxon et ce que je n’ai pas pu trier, ordonner.

La justification, l’explication en elle même de tout ce que je n’ai pu en dégager.

La cohérence des éléments qui étoufait.

Etoufait aussi les ratés des essais.

§.9.

Changer de plume, me repose la vue et la main.

                        d’encre, de format et poids de stylo.

§.10.

Juste un mot, un mot et perds tou son sens, sa dimension ce qu’on en a fait.

 §.11.

L’art est une manière de mener un projet de A à Z sans que personne ne puisse s’y opposer ou que l’artiste dépende lui même de ce que, comment l’autre, va s’y impliquer.

L’art c’est que ce projet, cette réalistion puisse par tous ceux qui le voudraient être regardé.

L’art, l’art majeur de son métier moyen universel de regroupement, d’échange.

 §.12.

Le dénominateur comun des techniques utilisées.

L’art et la matérialisation de la pensée.

La science permettant à l’homme (amélioration condition de vie plus condition de communication et d’exploration d’autres possibilités de structurations (structures) d’étendre la poussée.

 §.13.

La pratique personnelle l’expérience humaine pour irriguer.

  §.14.

Il révait d’une très épaisse moquette tellement que dans son appartement il sentait ses os se geler, le froid envahissant toujours plus son corps sentait qu’ainsi  une allure ingrate prématurment il utilisait.

 §.15.

Ma parano mes manuscrits  protéger.

 §.16.

La connaissance du bien et du mal ce n’est pas de savoir ce qui est bien ou mal car la connaissance est aussi chose à évoluer et que rien n’est ni mauvais ni bon parce que toujours fait réaliser en dehors de ce savoir. On peut essayer de les juger mais on fait les choses parce qu’on les faits, en dehors de toute sainteté ou maturité.

C’est simplement de remarquer qu’à des moments nous sommes mal et qu’à d’autres on est bien et qu’ainsi on tente tout ce qui est en notre pouvoir pour que puisse cesser l’un et l’autre continuer.

La morale c’est cette sensation par le groupe délimité.

§.17.

Réflexion d’un auteur.

On tue ce qui pour vous n’a plus ou pas de sens.

La progression de tout cela c’est ce que sera en mesure de l’individu, son choix de morale, on choix de groupe.

§.18.

Groupe lui-même évoluant à partir du moment où aux autres il ne se ferme pas.

traiter l’infos et les problèmes un à un.

La conaissance ni du bien ni du mal. Car c’est éterniser, se fermer au long cheminement de l’existence que de vouloir déterminer les choses ainsi.

C’est croire devenir le centre des choses en gros c’est courir à sa perte. 

§.19.

Je te trouve monastique.

C’est juste des restes ?

Je suis doux attentionné aux autres comme je le suis avec moi même.

mais ma pasion c’est la cause, car seule elle change avec moi.

§.20.

C’est vos cartons de déménagements qui ont ramenés  les cafards.

Moi j’ai toujours habité des lieux hauts standings. D’ailleurs pour moi un cafard est aussi lointain que peut l’ être la forêt amazonienne de quelqu’un vivant à une latitude supérieure à celle des tropiques n’ayant ni télé ni –     -. C’est à dire encore beaucoup de monde.

§.21.

Je me demandais s’il ne fallait pas que j’arrête de guédra.

§.22.

De deux choses l’une, je pense, ne résistais à une mettre plutôt avec quelqu’un avec qui je pourrais changer le plus de mot d’ordre général. Je ne résisterai pas à l’appel d’un psychique d’aventurier avec lequel je pourrais converser.

Conclusion. Je vais être sûrement appelé à changer de donzelle.

Et si ceci entachait une quelconque capacité, et bien j’en payerais, j’en payerais les frais,

Et en ce qui concerne les excuses faites à l’assemblée par rapport  ce que j’aurais pu faire alors si j’avais su ne pas y aller, alors disons que ce n’ étais fait. Le fatal y était.

                                                                                Le fatal y tuait.

Ce n’était pas l’atteind du sexe mais le sentiment de – – ainsi ce que plus largement il représentait comme si comme cela je pouvais avoir l’impression d’être manié.

§.23.

Le sexe irremplaçable dans l’explosion qu’il était. Peut-être si je l’expérimente au lit, j’essaye dans la rue de moins draguer, ou sinon de draguer prendre du plaisir sans être touché. Peut-être est-ce aussi de cela le plus qu’on enverrait se débarrasser.

§.24.

Pas boire + manger .  .  . chronologie boire + manger et bien espacer les repas.

L’intestin gonflant.

L’intestin colmaté.

§.25.

Se revendiquer comme ne l’étant pas, c’est l’être alors.

Projet. Facilité engager dans partenariat entre association de point pouvant avoir des difficultés.

§.26.

Si pas d’objet. Ou socialement depuis qu’on était plus 12 heures par jour au boulot, nous  n’avions pas d’autre fonction que d’être des consomateurs T.V.

Travailleurs nous étions démunis d’outils, quand ils avaient finis de nous utiliser.

§.27.

Problème respiratoire, nasaux.

Tendance  mettre machoire inférieure vers l’avant.

Correction de cette tendance. Nez qui peut se déboucher.

§.28.

Sans le sport mes membres semblent se disloquer.

Je deviens raide d’avoir reconnu de quelle souplesse était en mes réserves, attributions oppérantes et  cultivées. Cette clef, irrefaçonnable que j’ignorais.

§.29.

Comme j’avais appris à travailler ma mémoire,

J’apprenais à retenir ce que j’avais à écrire jusqu’à ce que je sois seule pour y aller.

§.30.

Etait mon secret ce que j’avais traversé.

§.31.

Et la vie gardait aussi secrète ce que je n’avais pas sû d’elle, ce que je n’avais su lui apporter comme justices, raisons, secours, bienfaits.

§.32.

Système de la dote seule assurance du régime patriarchale, héritage trace de socité archaïque territoire et bestialité.

§.33.

Quand lorsqu’on lit, on ne doit pas faire reposer le poids du papier dans ses mains, on fatigue mais caller le papier. On doit faire en sorte que l’on ait pas de poids à porter, que chaque chose que l’on draîne soit, par la disposition dans laquelle on est placé, calée.

Condition indispensable  pouvoir le tout au mieux continuer. Que rien ne soit laiss négligé. On y passe la majeure partie du temps mais seule route sur laquelle on ne va pas rester coinçé.

§.34.

Pour tuer les cafards.

J’attendais qu’ils se mettent à découvert, le laissant monter ou courir à sa perte.

Sinon un à un déplacer les objets me permettait de foncer sur lui.

Cela aussi je l’ai appris par rapport à avant où je fonçais sur lui sans avoir cela auparavant,  chaque coup, faisant un faux mouvement, un coup pour rien, du bordel chez moi si tant est que je n’ai rien des objets ou de mes muscles mis en prils froissés.

§.35.

 Le jeu des gars du foyer.

Un jeu parce qu’on pouvait s’en préserver.

Une danse, un passe temps, un rythme de mouvement, qui pouvait changer dans ces chambres si petites où l’on se servait de si peu d’instrument.

§.36.

Irak. Armes massives. Vérification.

Oppression d’un peuple. Déjà vérifié c’est peut-être pour cela qu’il n’en est plus question.

Au point de vue certitude, c’est une affaire réglée.

§.37.

Compagne! S’habituer à la présence de l’autre sans que son attention ne varie. Est possible avec une personne régulière.

§.38.

Fragilité cheville ; Lit et autres positions.

                        Pieds toujours comme en pointe.

                        A table je me déplie les jambes .

                        Mais ! Genoux 90 0/0.

                        Les reposes et chevilles aussi.

                        Tire sur les muscles, tenant les articulations.

§.39.

Je ne vais t’écrire mais prendre le temps de taper à l’ordinateur notre prise de courant de la journée.

§.40.

On désirait sa mise sa montée en puissance, on le savait délicat.

§.41.

 Juste jeune pour que sa maturité m’intresse et que je puisse conduire le bateau, c’est sans chercher à savoir fouiner qu’elle saura s’attacher, s’occuper de moi.

 §.42.

Les vieilles te demandent des comptes et moi je ne dois la résolution de mon bouquin  personne d’autre que moi.

Peut-tre est-ce parce qu’elle paraît comme ça que je le met sur le dos de notre jeunesse ce que j’en aimais.

§.43.

J’avais compris sa tendance à l’acte passionné , impulsif mais non calculé. Elle était encore trop peu consciente de la complicité , de toutes les pratiques, les moeurs et larcins qu’elle entretenait pour comprendre qu’on n’avait pas besoin de deux mots et explications, confirmations pour comprendre de quoi la trame d’un individu serait chauffé.

§.44.

Einh ! Que tu l’aime ce fromage blanc!

Ceux qui en bouffe à s’en faire éclater la paillasse.

§.45.

Le niveau de responsabilité, de diplomes, de connaissances, d’équilibre et de travail dans sa propre vie qu’il faut atteindre avant de pouvoir escompter être aussi perfomant sur ce qu’en apporte  la communauté.

Etre le plus performant possible pour le plus apporté en laissant pas le temps  s’exercer en faveur de la communauté ses qualités.

Car le système ne l’ayant pas ainsi instauré.

Et tant que les valeurs pourront se vendre et non revenir.

Comme il en est parti des états, de la nation par la nation.

§.46.

L’homme travaille pour l’homme sauf s’il est plongé dans un système où il est loi institutionnalisé de pouvoir  s’entre-bouffer, profiter.

§.47.

Etre professeur, rechercher et pouvoir vivre d’une recherche dont nous serons autant dans le résultat matériel que la recherche a continué, accessible à ceux qui auront droit d’être à cela formé (et  leur tour former.)

§.48.

Etre amoureux, épris c’est accepter de renaître  la vie.

Comme un être neuf de tout ce qui a pû nous user de tout ce qui a constituer distance, renoncement méfiance, préjugés.

§.49.

Je me suis répété au gré des occasions des dizaines des centaines de fois les chiffres en anglais, ils n’arrivent pas  entrer, (Par rapport au mot de vocabulaire qui n’ont besoin que de dizaines) (Tellement c’est en français qu’ils sont dans ma tête martelés) Pour arriver  les prononcer avec un aussi bon entraînement.

§.50.

On ne peut trouver personne d’imbécile ou intelligent ou d’une manière ou d’une autre se sentir, vivant ou se dévaloriser.

Car chacun avec nos expressions particilières c’est le même jeu que l’on est en train de jouer. Avec les billes la même cible et les points reviennent  l’équipe qu’on a constituée (partir de quelqu’un s’y englober)

§.51.

Ces inter actions c’est à lui même qu’il se les adressait essayant ainsi de se recadrer, déterminer (Savoir avec qui et qui il était ?)

Et se réarmer (au sujet absorbé) 

§.52.

Que chacun (Pour tout un chacun) voilà l’ordre moral et philosophique.

§.53.

Le sexe nous tient en haleine. C’est le symbole du corps auquel nous pensons (par le besoin d’entrer)

qu’elle passe l’évaluation de notre énergie.

§.54.

Ne s’avoir pas que.

Je ne suis pas amoureux de toi mais le problème est que je sais ce qu’est tomber amoureux et personne n’est amoureux de personne c’est une illusion.

Ue façon de s’occuper l’esprit ou de personnaliser l’idéal auquel on est. Celui pour lequel tient notre valeur à la vie.

§.55.

A chaque fois que revenait l’envie de dégueuler c’est que ressurgissait le souvenir d’eux.

§.56.

Je laisse ce que j’ai écris avant pour l’année sabatique d’aprs le D.E.U.G.

Ce que j’écris maintenant je le happe et me paraît beaucoup pus anodin, superficiel ce que je prends de temps non plus pour penser.

Ce que j’ai d’une pensée puis deux écris (Si cela n’a pu se faire dans le même temps puis trois relire et la dactylographier.

§. 57.

On et tous masculins féminins la fois.

L’androgyne est celui qui est les deux en même temps.

§.58.

Il faut travailler  la mesure de ce qu’on veut être.

Il faut aller, être persévérant au sport si on veux prendre son pied, baiser et toujours plus le sport deviendra exigeant et la vie reprendra dans le même temps  nos exigeances que nous aurons auparavant les siennes satisfaites.

 §.59.

Si c’était le seul moyen pour acomplir ce que de mon devoir je pensais qu’il était alors, n’avait plus d’importance, la durée de ma vie,  ma santé.

Le devoir qu’on doit,  la vie que rien ne peut arrêter.

Ou notre mort, ou notre extinction si on n’a pas sut y arriver.

Mais cette notion de devoir est là par nature, et s’offrir dans nos esprits à mesure parce que l’on devient conscient de l’usure dont on est l’objet, le devoir et l’absolu nécessité de se protéger.     

§.60.(Attentif numérotation refaite depuis 60)

Cela fait 15 jours qu’on est ici.

On dirait que cela fait des mois.

C’est le propre des nomades du campement, nos objets sont nos souvenirs ainsi que nous sommes obligés de nous en séparer, on reprends les vieux qu’on peut sur nos bases nouvelles trouvées et puis aussi nous allons de lieux abandonnés en lieux abandonnés et ce n’est pas qu’on le laisse faire mais les choses ici ne sont pas sur mesure à chaque fois il faudrait les changer.

§.61.

Et puis parce que c’est notre manière de vivre et que cela fait longtemps qu’on est chez nous là où on s’est installé.

§.62.

Je suis lesbienne parc que ce qui me fait bander c’est une femme certes (Mais cela tout comme un homme, tout comme j’ai aimée des bonnes femmes)  qui ne peut avoir d’égal, c’est une femme qui quand elle me voit exulte sa féminité autant que sa virilité.

(Docteurs, ditent-moi dans le creux de l’oreille que cela ! Se soigne?)

§.63.

Ce n’était pas très suivit (Je n’avais pas le même format) mais  chaque fois que j’exécutais ces gestes manuels que je l’avais vu faire j’avais l’impression d’être tout comme avait été mon gand père.

§.64.

En tant qu’homo je serais tout aussi catastrophée que mon enfant devienne hétéro (Si j’avais été élevé dans la même propagande homo qu’elle fut par nos parents hétéros) de peur que mon enfant ne s’épanouisse pas. Et si je l’avais vu s’épanouir alors la meilleure des choses que puisse souhaiter une mère  son enfant c’est de s’épanouir évidement. 

§.65.

Je ne leur rentre plus dedans avec ce sujet, d’ailleurs, je n’en parle qu’à demi-mots car c’est bien le mot qui fait peur tant qu’à l’idée ma mère y est habituée et eux se rendre compte que de mon envie.

§.66.

Les gens quand ils se revendiquaient branleurs et malotrus disaient, pour moi dû au mélange des femmes.

Classification! Voilà ! Comment ils arrivent à ne pas avoir à songer à leur propre déshumanisation.

§.67.

La manière qu’avait mon père de désigner par engin toute personne qu’il aimait bien. Son don d’observation.

 §.68.

 Je gardais les objets que j’avais pris, stylo encre bleu au lieu du violet qui me plaisait.

Le mieux, en personne toujours au violet. Mais écrivant avec le bleu le regardant et l’aimant même après des années de bons et loyaux services comme un objet curieux.

 §.69.

Le vif parmi mes couleurs mates, une touche d’excentricité.

§.70.

On avait tous peur d’être pris pour des imbciles évidement puisqu’en gros, les préjugés, ou parce qu’on jouait à ce qui ne savait, pouvaient plus, des 3/4 d’entre nous, affamer.

§.71. 

Les coups du sort faisait ressortir nos fragilités nos plaies à panser ou les points délicats qu’on avait repérés.

§.72.

Plus on dégraissait un problème plus on savait, on avait une vue fixe, sur ce qu’il y avait à opérer.

§.73.

Les notices de produit détergent où c’est marqué en petit ne pas avaler.

Ce n’est pas pratique pour ceux qui ne savent pas.

 Mais ceux qui ne savent pas n’auront pas à en bénéficier.

C’est comme la loi, plus qu’à prier pour ne pas faire partie des illétrés

 §.74.

Je serais opérationnel dans dix ans ce n’est pas la peine de chercher quoi de précis alors que dans dix ans, je ne sais pas ce que moi même, je ferais.

Quelqu’un qui m’acueille et ré accepte la façon dont j’occupe mes journées.

Voilâ les seules exigeances dont on peux se doter.

§.75.

Il fallait que j’obtienne ma première année pour pouvoir travailler pour le M.R.A.P., avec les associations et les différentes problématiques me familiariser.

§.76.

A une hystique.

On a pas une façon vous pouvez y aller j’ai l’habitude de me faire engueuler.

§.77.

Des fois ou chez des gens! Et cela se passe mal vous savez.

Eh ! Bien ! Cela fait partie du métier, il est là aussi pour ces cas particuliers.

Quand on rentre d’une manière ou d’une autre dans l’intimité.

§.78.

Son crayon sautait sur la feuille, il faisait contracter tous ses muscles du bras au lieu que seuls certains   de la main droite soit solicités.

§.79.

Quand elle avait fait ce qu’il y avait  faire sa main avait le pouvoir de devenir juste inerte comme pour laisser choir les objets sans avoir encore à exercer une pression supplmentaire pour ouvrir les muscles dans une action contraire à celle qui venait de précédé. Inerte juste comme il fallait.

§.80,

Bouger au plus efficaces, et en même temps s’étirer, s’assouplir dans les gestes et positions qu’à longueur de journées et d’années, on doit tenir.

§.81.

Les glougloussements des pigeons résonnent dans ma cour autant que leurs mouvements attestent de ce qu’ils mettaient en marche pour batir et entretenir leur nid.

Quand leurs cous se pointaient ou s’arc-boutaient.

§.82.

C’est avec les outils que l’on croise que chaque chose on va se fabriquer.

Exemple ; Mot dans un contexte qui n’a rien à voir et se révèle comme tout frais à ma mémoire et comme tout à fait bien placé, révélateur de ce qu’on pensait.

Un mot acéré dans le contexte parce que fraîchement réanalisé, réutilisé.

§.83.

Abandon sous X.

Réplique ; Cela permet à la mère d’acoucher en scurit et non d’avoir recours à l’abandon et à l’acouchement sauvage.

La mère accouché sous X pour que son enfant ai une chance d’être adopté.

§.84.

Mais vous n’avez pas, de nous, demandé  l’accueil ils savaient ; Quelqu’un qui devient l’info se contente d’avoir deux mots.

Qu’est-ce que je fais ?

Je dois les rappeller ?

§.85.

L’artiste comme l’inventeur ne peut s’ennorgueillir d’être CREATEUR puisque n’a de sens son oeuvre si elle s’inspire des tendances de son temps et s’inspire des dynamiques. (Tout n’est que addition appellation ou transformation et tu le sais très bien, nous en avions dissertés).

§.86.

Le rôle de troubadour de griot ou de toute forme d’enseignement de tout les arts, sciences et savoirs dans la socité moderne. (Ne sont que des ajouts, modifications aux «découvertes» plus anciennes.)

Sont des formes aussi variées que l’amoncellement des connaissances actuelles le sont.(Tu y viens!)

§.87.

Le problème de dosage de l’énergie entre obsession et laxisme complet.

Entre boulimie et anorexie.

Quelle est la dose qui me tiendra debout.

Dois-je engloutir ou ai-je besoin de quoi que se soit accepter.

§.88.

Les laisser tremper pour utilser les petits bouts de savons. (Georges Detroit il y a 35ans)

§.89.

Il travaillait tout le temps.

Et ne pensait pas que cela se voyait, tellement par exigeance, il pensait que rien n’avançait.

§.90.

Elle est dure.

Elle est très dure. C’est qu’elle vient des choses dures.

C’est une ténacité. Tout ce qu’elle a perçée.

§. 91.

J’évite de travailler la nuit  mes écris ce qu’ils ont dictées impersonnels ou foncièrement intime fait que je ne sais parfois comment me situer. 

§. 92.

Je me lave au gants (aisselles et parties génitales) chaque fois que je me change deux à trois fois par jour.

§.93.

Travaille minimun obligatoire.

Pour que cela puisse marcher et ceux qui ont trouvés quelles seraient leurs spcialités aucun de nous  ne serait assez fou pour ne pas s’y adonner.

§.94.

Lorsque tout  coup je suis prise d’émulation, lorsque mon coeur, mon corps se souviennent de gens m’ayant aimée.

§.95.

N’avoir pas assé replié les chevilles (bout des orteils vers le ciel en marchant) mollets sans dévelopement et tendances à trébucher.

§.96.

Où étais-je lorsque la maison était en train de brûler ?

§.97.

Il faut avoir appris  couter avant de bien parler (fanatisme de vieux inclué) 

§.98.

Etre très sportif.

Comme devoir réfléchir et être super actif cérébralement = ne pas bouger.

Exige d’avoir une alimentation super adapté.

Sinon son corps fait parasite et il devient manifeste que la performance n’est plus possible.

Il faut lire dans le R.E.R.

Ah ! Parce que vous croyez que je perd mon temps  regarder les gens passer ?

Bon des fois!

§.99.

Un cafard le corps écrasé peut encore bouger ses antennes.(un guillotiné peut répondre par des signes des yeux pendant 30 secondes après son exécution à des questions verbales -QUID-1986- Et cela change quoi au résultat ? RIEN!)

Je vois une copine, ne me vois pas s’il te plait !

[PAUSE]

Ou là je pourrais changer de phrase il est vrai !

§.100.

Au carrefour des rencontres, la croises des chemins, tout ce qui se toche crant une pense.

L’idée est la pensée qu’on a recherchée, filée, débusquée.

§.101.

O. K. Dans votre rayon je vous prend pas pour un con mais auriez-vous un conseil au dela de celui-là.

Pouquoi des fois on se répète les comments des pourquois.

§.102.

L’oeuf et la poule évident.

Les infos ce qui avait à se perfectionner  résoudre, enrayé par les parents de la future poule.

Et la transformation de la naissance ayant donné ce qui devait pouvoir suffisamment pour elle d’élément pour dans la nature pouvoir subsister = déjà parentale atteint.

 §.103.

Porter comme le signe d’avoir bien mangé.

Puisque rythme de vie et de conservation obligeant l’individu  manger de grosse part à des moments car devant se restreindre à d’autres = roter pour l’estomac signe de politesse de permettre à son hote de laisser faire son estomac.

§.104.

Bientôt l’écriture manuscrite disparaîtra.

§.105.

Qu’aurais-je été capable d’acomplir comme forfait si les gens m’ayant éduquée n’avaient pas passé de temps à me prévenir, déconseiller.

 §.106.

 Se sentir con c’est faire l’analise entre le savoir, la position qui nous a poussé  faire telle où telle chose et la comparer avec le savoir, la position dans laquelle on est et s’en inspirer choisir la même réaction cité.

§.107.

Mais cela est un autre problème.

Mais il y a tant de problème.

§.108.

On peut découvrir en chaque chose de l’intellect à condition d’avoir une démarche intellectuelle.

§.109.

Ne plus chercher à dépendre de sa compagne ou de son compagnon c’est n’être plus servile de rien.

N’avoir rien à désirer convoiter.

§.110.

Le désir d’aller vers le nord + les arbres retiennent le sol.

§.111.

Un litre d’huile de rose ?

Cent mille roses!

§.112.

Yeux pommes de terre = –      –       – ?

§.113.

Médicalement chinoise.

Végétal.

§.114.

Cahoutchouc = hévéa.

Jus blanc.

Le latex.

Aujourd’hui cahoutchouc.

Sensualité.

§.115.

Je sais de toute manière qu’aucun ne sera bien chez moi en tant qu’invité tellement le temps est à mes yeux mon seul allié en tout genre et tout moment.

Ne pas le perdre, la seule façon que les parties de moi n’en viennent à se dtacher.

§.116.

La psychose m’avait pris.

Boulot pas de conversation perso / Pro. Pro. Pro.

                                Shelt.

                                Parle d’un parano passé perdu.

                                Promenade avec Véro.

Après avoir rejoint le milieu familial, clos. Et un peu mieux la vie de relation.

Les voix toutes arrivent, intérêt pour expliquer qu’elle est l’activité psychique quand on l’actionne et les voit comme avec, j’avais l’impression d’être occupé lors de nos moments d’oisivetés.

§.117.

Les règles que les gens ont pris pour leurs.

N’étaient pas contre nous mais tant un élément qui en fait, d’eux-mêmes,  l’instant à tout les constituer.

C’est ainsi qu’un individu apprend, si on lui donne le temps de réfléchir et que depuis le début des temps on tente tout pour l’éviter, d’être dressé, automatisé sans ne pas pouvoir partir de là de soi même, évoluer n’avoir pas connaissance de soi.

Comment maman devait-elle même travestir ses sentiments pour continuer à faire le ménage alors qu’elle savait parfaitement qu’il était injuste que se soit à elle que tout cela revenait.

FIN DE DOC 22.

 

Formule d’exécution.              

[ « é  è  ê  î  ï  à â  ù û é  ô  Ô  Ê  ç  §. » ]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.