computerised extra Doc 26

Les documents ci-dessous ne sont utilisés que pour pouvoir être comptabilisés par les moteurs de recherche, la couleur est blanche pour rester invisible bien que représentant ce que la main a tra©é. Ils sont les documents d’empreinte digitale, mais sont quelquefois trop peu ressemblants à l’original, qui est lui sous forme manuscrite. Si toutefois vous souhaitez jeter un coup d’œil sur les feuilles en question, suivez le lien (bas de page): https://cetviesenfrancais.wordpress.com/

 

 

 

S’il vous plait, téléchargez prioritairement les DPF documents en page 1.

 

Les documents ci-dessous, tapes électroniquement- sont les copies partielles – i.e. présentation de certains tomes mais pas dans leurs version intégrales – et parfois non identiques ou incomplètement déchiffrés.

Ces postes, tapes digitalement, ne sont la pour lecture de textes premiers mais pour permettre de retrouver ou rencontrer les textes ou la nature de leur portée.

Les originaux et copies certifies sont en fait les photos de manuscrits, ceux-ci n’ayant pas de traduction électronique, n apparaissent et ne peuvent être enregistres ou répertories par ordinateurs.

Donc une fois que sur ce site il est préférable que vous ouvriez et enregistriez les documents DPF puisqu’ils sont –plus surement- le plus proche de ce que l’auteur a écrit.

Les documents tapes n’ont pas été vérifiés et sont l’essaie de transcription d’une écriture parfois très pénible.

Ceci étant, je vous invite vivement a les lire également puisqu’ils sont plus lisibles et contiennent annotations présentées sous différentes couleurs, par cet autre auteur.

http://unautrepoete.wordpress.com/

Doc 26 .

 

Page 400 à500.

 

possible !

TRAME DE FOND POSSIBLE.

[ « é è ê î ï à â ù û ô Ô Ê Ë ç |  §. »]

* *** *** *** ***+ +++ +++* ***= ====* ***+ +++

+ +++++&&&&&&&&((((((  ))))))§§§§  §§§§++++  +

– —-+ ++++* ****+ ++++= =====#   ###### #####

+ +++++++++++|||||||¤¤¤ ¨¨¨ ¨¨— —^^^^^^^^^^^

* ***+ +++* ****+ ++++= ====* ****^ ^^^^^^ ^^^

* ****°°°°  °°°°°]]]]]]]]$$$$$$$$$$+++++  *****

+ ++++= ===== ====+ +++++ ++++= ::::::++++   +

« « «  » » » ====////////°°°°°°°°°++++   ++++

§.1.

Âme = Pensée.

Plus d’intérêt d’exprimer.

Mais doit en fai par les autres.

Donc comuniquer = penser encore.

§.2.

Etranger – Enfant.

Être extrême.

Problème de libido.

Difficulté Implique exercices, développement Et maintenant s’user heurter.

pas de difficulté comme morales. et reflt à profiler.

§.3.

Âme rude. disons étrange.

§.4.

ILLISIBLE !

§.5.

Il prenait tout très mal car n’avait pas en tête que les remontrances formulées értaient le rflet de ce qu’on aurait voulu pour lui.

Si cela avait marché. Projet.

§.6.

La force de ses ancêtres en soi.

Ne rien perdre de son temps, rien que pour cela.

Cette force courant mais qu’on ne possède pas.

ne rien exiger d’elle exepté qu’elle nous porte car porteur de temps.

Se dire des obstacles qu’ils sont ce qu’on emmaganise et être plus apte.

L’usure qu’il occasionne. La conséquence qu’on monte etque l’autre se fera une vie pour qu’il viennent irrémédiablement nous tuer.

§.7.

Déprimer c’est continuer à ne voir qu’une seule solution à ce qui n’est en train de réussir.

Alors qu’on devait utiliser toute son N. R. J. à imaginer et essayer des manières détournées.

Cette fois en l’unique solution qui nous ferait passer par toute les erreurs, les offenses.

§.8.

Homosapiens. [Humain]

Sur la terre les champignons d’une incertaine intelligence.

Quand cessera-t-elle de se prendre pour surnaturelle = molestant à son service les autres espèces. [spécimen]

§.9.

Être d’une certaine manière avec autrui. Enseigne la minière dont on voudrait être pris.

Ce qui nous manque, la manière dont on voudrait éduquer notre esprit pour pouvoir réaliser les buts qu’il s’est donné.

§.10.

Tu dis le premier qui abandonnera l’autre. Tu veux dire trahira ?

[Là je ne vais pas te faire la leçon tu as prouvée Caroline que tu savais le faire sans avoir besoin de personne.] DPorteboeuf.

§.11.

Futures.

Conversion.

Toujours essentiel pour l’appréciation.

§.12.

Les héritiers.

Parce que je pouvais voir en moi des choses que ma mère détestait en elle, et de savoir combien pouvait-elles pouvaient être adorées.

Sang que tu eues.

§.13.

Tous avoir une opposition sur le sujet.

Toute opinion est rouée, est là pour charger et à la transformation participer et être porté.

§.14.

La tentation est les écueils par une pas savoir comment s’e sortir en étant aussi pour les sortes de sainteté.

Ainsi la femme est voilé comm représentante de ce qu’il faut gardé intouché, pouvoir enfermé le face à face avec sa conscience.

Ceci respecté par une communauté.

car jous le rôle symbilique de gardien.

Tu mérite d’être son homme, si tu peux la représenter.

§.15.

Continuer pour que se révèle dans qualité pour laquelle l’autre, voulait nous décharger.

§.16.

Toujours à son dossier  90°.

Mais le moins possible avoir besoin de s’y adosser.

§.17.

Ne pas en vouloir aux autres de ne pas penser comme moi.

Mon originalité laissé est la guarantie de mon indispensabilités car permis d’exploiter à fond quelque chose parce que n’est chez les autres trouvés.

Exemple !

§.18.

Se payer , sans le prévoir, parce qu’on est épuisé du temps où on n’essaye plus, c’est y repenser dans les moments divers.

§.19.

Se dire, celui là à rattraper.

Passé le moment dur au lieu de faire un gand détour et cette fois voir ce qui peut  avoir qu’on peut en lui exploiter une vue, détour en moins.

Replacer. Quitte puis sinon double.

§.20.
La peur de la discrimination entre – blanc nétait pas nouvelle puisque c’est par elle qu’on justifiait  demi-mot cet –          – ladiscrimination faite aux autres.

§.21.

Le temps, d’histoire , d’adaptation. Temps que l’être finira par utiliser (puisque temps mort ) pour évaluer action passée en la Pensée = peut à l’autre plus etre soi, dimensions synonymes  de transmission.

Pouvoir transmettre doit affirmer car l’autre ne la sachant pas par définition si noue imitons son évluation d’ignorance  = accepter de déchiffrer la notre alors incompréhénsion.

L’affirmer si = lui offrir par appropriation.

§.22.

Ne pas affirmer sa position autrement que par l’action.

Ainsi on ne se fanatise pas et plus asément s’assouplir fae à la découverte.

§.23.

Aggressivité = ne pas reconnaître l’autre.

Penser de son action et l’existence qu’elles ne servent.

§.24.

Savoir ce qui nous reste àpenser au contact de la pensée.

Pour être –   – la surmontée pour ne pas s’arrêter au traumatisme qui l’a fait s’occasionner.

§.25.
Le bruit, le geste suivant, n’importe le quel attestant juste qu’on a bien un message en cours à livrer.

§.26.

Les amateurs de S M vont bander sur les relations qu’ils ouent toute la journée.

Rapport de pouvoir  –  –    –     – !

pouvoir sérieux basés sur l’inégalité des conditions.

Le S M veut s’avouer qu’il fait l’amour avec ceux qu’il voit à longueurde journée.

§.27.

On pouvait voir dans le sabordage une pratique qui consistait à se saper. car celui qui était en vie l’était face à celui qu’il étouffait.

Survie espèce = Se pluraliser dégommer celui qui voudrait trop influencer. (Ou influer sur le cours des évènements, Savoir doser.)

§.28.

Boire ?

Le buveur attribue cela à un malheur venant de l’autre, ou de la vie.

Quand on est seul.

§.29. Enc.

Libéralisme. puisqu’il condamne à être maître d’un chien pour que simplement l’espèce canine ne soit mise en danger.  !

§.30.

Désolé je m’adonerais pas à la séance séduction. Peut-être peut-il être sain que de réagir tel un grand con.

Quand la télémovie n’a pas toujours raison.

On torture l’ennemi pour lui faire regretter d ne pas s’être tué.

§.31.

La complicité avec notre énergie. Savoir que l’on croit qu’on est vidé i suffit d’assez fort l’appeler pour la voir recommencer, redoubler et dans l’effort, qui n’en est plus un, qui devient la simple résoution à l’application d sa croyance voir en même temps qu’elle ses excès fondre comme on les fait suer.

§.32.

Faire en même temps en différence permet de faire A et de le modfier par rapport aux connaissances qu’on a de B et ainsi pouvoir l’un etl’autre plus facilement connecter.

Transformer perte de temps non plus en perte mais en gain futur.

Perspective.

§.33. Page 413 un écrit, un message, de moi à mon minou d’amour au dos d’une de mes feuilles, ce texte à donc moins d’un an si mes souvenirs sont exact, moins de deux tout au plus. écris lisible, j’étais donc dans le plus grand calme. Grâce à toi, c’est vrai !

Affirmation de mes sentiments on a le droit pour que l’autre prennant en compte cette manifestation de réalité lui servira.

§.34.

La peur naît d’une perspective de penser à elle s’envisage aux étrennes deux possibilités, l’une catatrophe, l’autre idéalisé :

Ce qui impliquerait.

Tout            Sur ce.

Sur saut.

§.35.

Penser qu’elle n’est pas la mère mais la nourrice non pas par rapport au style de l’enfant mais parce que trop typée un corps par le travail manuel trop travaillé  pour avoir une raison dansle quartier figurée.

§.36. Enc.

Gens discutant au milieu du trottoir emêchant les deux fles a sens inverses de passer.

– Vous génez le passage on ne peut plus passer.

– Et bien vous attendrez !

– vous attendez sur nous.

Patiente.

§.37.

Aimer, respecter la peur. Qui permet de ne pas aller non où il y a le droit mais où on a le droit mais où je ne sais avoir à s’en sortir mort de sortir (plus gras)  [Mets entre parenthèse Dany et réveille-toi.]

§.38.

Faire face aux problèmes; c’est s’entraîner à les repérer.

§.39.

Jeter violemment un cours.

L’avoir plus ou moins appris plus ou moins relu qu’o n’a plus à devoir s’y repérer; Assimiler.

§.40.

C’est l’étendue de ce qu’on s’arrange à ce qe nous reste à l’esprit, sont présent de ce qu’on ne sait pas qu fait sers, donne un sens à l’effort.

Faut-il être rassuré par ce que l’on sait maintenir toute situation.

Là.

Être assuré.

§.41.

Les petites victoires amènent aux grandes.

C’est ainsi que baisser les bras devant elles, nous projette deant l’infaisabilité de rêve pourtant possible. Mais que l’on vient comme de rejetter.

Prenant que les victoires peuvent paraître de la garde  éloignées.

§.42.

on ne se fâche contre le destin, les ralentissements par rapport à e qu’on voudrait qu’il soit comme on profitera sas lâcher un centimètre des veux quil permette.

En prenant les ralentissements comme des poches où on divertit son activité.

A quoi penser?

§.43.

Plutôt que des fontaines au milieu des villes des piscines.

Cela je te l’ai soufflé dans le creux de l’oreille mon minou d’amour.

C’est aussi bien qu’un marché, surtout pour la jeunesse sportive mais aussi les autres puisque là tout age peut-être intéressé !

§.44.

Ne pas penser que ce qui est du que c’est grave. Rien n’est grave. Sinon toute la gravité de la vie en profitera pour revenir se signaler en notre esprit. Rien est grave. Sinon la mort on invente à roder .

Rien n’est grave. Et le cerveau doit se donner de tout régler.

§.45.

Des gens qui parlent de mon Malaise, de ceux qui s’occupent des autres. de saisir l’autre dans sa contradiction, c’est savoir qu’il vit en nous lorsqu’il fairt mal.

Ne pas prendre cette douleur comme immorale. Le flux dont on a besoin pouvant et avant de ce celer.

§.46
On se bat entre fratris, on s’entraîne quoi. Comme seule solution a stopper son instinct de destruction tout en renforçant celle du combat.

§.47. Enc.

L’affectif a pour but de relier les moments dans la mémoire afin que tout son être se réveille lorsqu’il va au combat.

§.48.

Partir, comme un devoir, comme un voyage, comme on guérit sa paur de la mort.

§.49.

On ne Peut pas changer le monde à nous deux. Citation.

§.50.

Une oeuvre.

Une pensée, une organisation en progresion.

§.51.

Changer de rythme.

Les jours où je dois rester enfermée.

si je ne peux faire autrement O.K.

Mais les autres jours où j’en pofite pour rester enfermée, de ne pas admettre que c’est face à l’autre que ma pensée peut prendre en qualité  = même s’actionner.

Alors je smbre dans la dépression.

Une journée passe vite quand on fait ce que l’on doit.

Car sinon on compte les minues de vie passées à crever.

§.52.

Accepter la critique tout moyen devant contenir le moyen de s’amélorer.

§.53.

Education.

Emerveillement de ce qui ne peut que nous ressembler.

§.54.

L’équilibre sert à ne pas trop s’appuyer sur les extrémités.

Morphologie.

Être ou à devoir les tendre et les rendre comme contre un poids et stabiliser. redistributeur de gravité l’art constituant à ne pas omettre pour autant la fragilité, comme l’importance qu’elles sont pivotantes et (alléger = poids vers un objectif réalisé) des articulations.

§.55.

Maniaque pour pouvoir occuper tout ls moments de sa vie.

Une situation accomplie amenant celle qui suit.

§.56.

Il faut que rien ne soit grave pour encaisser sa propre et nécessaire servitude.

§.57.

Il faut que l’on ai fait table rase pour voir les cochnneries qui vont de nous de l’instant par l’instant (en tout ou bien en découlant) entâcher.

§.58. Enc.

Toujours proposer une solution alternative pour ne pas se sentir déposséder.

je suis qui ne laisse pas passer une seconde et sans jamais être à un jour près.

§.59.
Le pouvoir de rentrer dans le monde

Et de se dire

Qu’on déprime pour des conneries,putain.

( Dany les les lignes ainsi

(c’est comme un peu de poésie)

[Dany cela aussi tu l’écris.- O.K. mon bijou d’amour.]

Comme le disait Nicole tu me ferais faire n’importe quoi toi : Enfin presque.

 

§.60.

Le mythe du surhommeest tous en un.

Tout en gardant l’optique de plurialité = infinitéet viabilité pouvoir organisé.

§.61.

Savoir ce que veux dire 20 ans mais avec du recul.

Vers trente.

§.62.

De génération d’éconmie, de dynasties non par les individus mais par le peuple que les familles devaient représenter et protéger à grand coup de blason.

Les moyens de la diplomatie.

§.63.

Parce qu’il fallait de très gros moyens pour protéger, ce qui était d’habitude éjecté.

Innover. Du capitalisme.

§.64.

Maudit – fie.

Modifier.

§.65.

Amour de la communauté.

appartenir à elle, n pas fluctuer, ne pas conribuer à la mauvaise réputation que les autres eux trouveraient et sur soi donnerait.

§.66.

Même s’il était l’homme de ma vie je ne pourrais encaisser cette difformité.

alors sûrement ne sais-tu pas ce que l’homme de ta vie, ou ta vie rêvée serait.

§.67.

Histoire de réputation. quels ombat visà vis des autes doit-on remuer ?

§.68.

Quand on a plus rien à penser on est pransporté par celui qui nous suit.

Conscience = ce qui peut nous regarder ou nous administrer.

Esprits ressérés.

§.69.

L’insistance de positions des astres devaient m’inciter à perdurer.

Ce n’est pas parce que le hurle que la personne a tord qu’en ce qu’elle dit mon salut ne puisse se trouver

§.70.
L’Art du geste porté par le projet, la forme que l’on tavaille constamment de l’intensité intentionalité. différent geste sans qu’aucun muscle de (cérébral éventuel) tenduai à se manifester.

§.71.

Le mouvement sexuel mis en relation avec mouvement impulsif et devant avoir comme conséquence de régler par coup libérateur ce qui noue emmerde.

Recirculation de l’énergie.

Action que l’on juge par le auvais sort interdit. Les problèmes révélant les maladies.

§.72.

Pousser son énergie. Ne tenir compte de comment la répose aux pourquois utilement toujours sera. Se laiser glisser, ainsi on dort moins et pourra plus de temps à celle que l’on va construire consciemment délibérément.

§.73.

Meilleur, sauf que désolé. La vie sans aigreur est sont temps passé à sa survie (son entretient de vie) assurer.

§.74.

Ne pas faire de geste spécial, spécialement conçu c’est permettre à l’autre de faire ce qu’il veut avec ses eneux. Y compris de se reposer sur tout ce qu’on lui ispirera = la vie. Le NON comme le OUI. Et comme chaue chose a besoin des deux.

§.75.

Il suffirait qu’il soit dans ma position = Assez de liberté pour penser à cela. Pour qu’il comprenne carrément ce qui se psse en moi et l’aide. Que cela se résolve comme cela.

§.76.

Penser la déception pour ne pas s’impliquer autrement que dans du concret.

Ne pas réagir aus choses voulant dire aussi qu’on laisse « passer la baume » pour d’autres qui en on besoin. Environnement mental.

§.77.

Je suis dangereux.

Je suis dangereux s’applique t’il à dire. Tu l’as essayé ? NON ! Heureusement que tu est tu es une femme parce qu’un jour tu l’as échappée belle ! Souviens toi: « Tu recommence cela une fois je frappe et tu ne te relèvera pas » : T’en souviens tu ?

Mais dangereux constamment ainsi tout le monde se tire.

Et les coups de poings intempestifs ne lui tombe dessus. Qui pourraient ne trouver comme réponse que des coups de couteaux et la mort !

§.78.

Avoir assez confiance en l’intelligence de quelqu’un pour qu’il prenne nos réflexion comme un moteur.

Tu a bien fais de partir avant que je lise tout cela car tu aurais pris une volée à la moindre incartade femme ou pas ;

Parce que c’est de la provocation !

Et j’ai figure toi un compte à régler et avec un homme à Saint Maur et cela viendra un jour ou je serais à jeun et DANS un lieu réellement public.

LA RUE.

Est -ce que je le tuerais ?

Pourquoi pas : Je n’ai pas exclue cette éventualité !

La prison ?

Je sors du monde du voyage, alors la prison, c’est une maison de retraite pour moi !

En clair je l’ai condamné à mort !  DPorteboeuf.

§.79.

L’élément dont je suis consciente, l’aide que je donne, là même que l’autre permet en moi,mais caché à ma conscience viendra.

Cela ça ne veut riendire alors que mes écris ci-dessus eux sont très clairs.

 

§.80.

Groupe parce qu’il n’y avait plus que des gros et grands si on était en tant Qu’individu toujours les mêmes gagnants.

Alors que l’exploration extantive, ne peut se dérouler sans tout le monde pour détecteruser et créer les instruments.

§.81.

Le vieux trate le jeune comme son –  -, la relève.

Ainsi tout ce qui devait être des acquisitions, à plusieurs institutions comme à tous, à le plus vieille.

§.82.

Le premier donne sa force de tractio.

Le deuxième pour qu’elle lui soit Bénéfique en ses réalisation.

§.83.

Ne pas oublier d’arrêter.

Pour ne pas oublier de reprendre.

Et au bonheur, avoir la réussite d’entre – former quand ces gestes sont transitoires.

Réfléchissantes von se faire, se proposer, se désorgasiser.

§.84.

Y passer ses Noëls.

Et voir le bonheur que peuvent symboliser ces journées encore se distiller quand à la cause auxquelles on les à donnés. Où est.

§.85.

Reprendre pied avec la vie quand on voit la mort.

Reprendre pied, avec ce qu’elle a des difficultés, à nous confier.

§.86.

Vouloir mourir, de n’avoir l’énergie suffisante à ce qu’est à la portée de notre pensée.

§.87.

Générer comme un pu-toi (s).

§.88.

Chercher les choses, palper les endroits comme si on les caressait.

pour ne pas se faire mal, prendre plaisir quand on le fait.

§.89.

Les positions qu’on fait prendre à notre corps. Le signe de comment utilise-t-on son outil.

Quels inclinaisons.

§.90. Enc.

Faire une activité si fréquemment, si courramment; que pouvoir faire quelque chose en même temps.

Mettre les choses, différemment.

§.91.

Son angoisse de laisser sa femme partir. non pas parce que l’endroit était dangereux mais comme seule façon d’exprimer la peur qu’il avait de lui-même se faire (par les autres mâle) séduire.

§.92.

Affirmer des qualités permet à l’autre de prendre assez de conscience de ses qulités pour qu’ils ose faire face à ses défauts.

Y remédier.

§.93.

On s’invente des personnes ignares histoire de ne pas s’apercevoir qu’en fait elles sont primaires.

Peur de mourir, (de rire de leur état d’ incultes ?) De la désafection de ne pas (se) satisfaire.( Tu te satisfais de la connerie, TOI ?)

§.94.

La chanson qu’on avait en tête et qui nous faisait composer sur notre vie.

L’art nous rendant poête.

§.95.

La parano pour avoir l’impression d’être constamment suivit.

La parano qui peut faire presser le pas.

§.96.

L’émotionnel fait pour assembler les gens qui ne peuvent l’être, des enfants.

§.97.

Prendre deux plats différemment.

En manger la moitié.

Celui entamé par elle mon préféré. (Oui mais alors si tu y goute tu garde tout ne rend pas les restes !)

§.98.

Systématiser sa gestion.

Exemple : regarder dix fois un empire.

Pour rendre logque le fait d’être une fois sur dix regarder en retour.

Ou pour le rendre mystique.

§.99.

Le repos ralentit l’aventure.

§.100.

Une personne, une oeuvre Ce qu’elle attirera à elle. re-poupe.

Ce qui ne lui appartient pas.

ce que les autres font.

Qu’elle sera.

§.101.

L’homme nie les meilleures des réserves que la terre et ainsi jusque là e se préoccupait pas de ses suites.

Revoir l’exploitation.

§.102.

Problème : il le mange au lieu de multiplier ce qu’il découvre en cherchant, ne cesser de chercher (décomposer) ce qu’il a trouvé.

§.103. Encadré initiative Daniel.

Comme il brûle le pétrole alors qu’il est son sang.

( Cette fois c’est certain tu es folle, Même pris de façon imagée  ! )

§.104. Encadré initiative Daniel.

Se foutre de comment les choses vont se passer. Savoir de soi plus de sa volonté qu’un seul chemin, seul, saura les réconcilier.

( Là ! Enfin, tu as tout compris et tu es bonne. Ce seul chemin est celui que certains suivront en procession pour conduire à un cimetière, j’en suivrais un demain matin. Il ne suffira pas à la réconciliation, d’autres la feront, cette réconciliation,  lorsqu’ils suivront LE MIEN. )

§.105. Enc.

Make-up – Inventer.

Mettre fin à une querelle.

Maquiller ? Art- Guerre et paix.

Le combat comme gagnant.

§.106.

Se surpasser c’est permettre de souffrir vraiment, ce qu’aprè cela on saura éviter.

A pour conséquence, ne peut plus éviter.

§.107.

Faire que le rêve s’ancre dans la réalité.

Pour la réalité vouloir continuer.

§.108.

Maîtriser la douleur.

Se servir de ce qui est engendrée comme tension pour accomplir une action.

§.109.

S’émerveiller de son enfant.

Le laisser.

S’impliquer.

§.110.

Trouver son trésor.

Attendre, faire sans compter.

Pour n’être ditancé.

§.111. Enc.

L’homme ne rerette-t-il pas d’avoir a s’alimenter, parce qu’il lui faut tuer.

comme celui qui cueille le fruit sait que vivant il est.

Ne se punirait-on pas –            – après.

Premier des moyens = trop ou mal manger !!!

( Tu te contente de minéraux toi ? N’importe quels des légumes est vivant aussi ! )

§.112.

Problème constitutif recheche dans la visible = Immédiate quantité.

Développement presonnel, travail pas ses faiblesses et long terme on n’est pas assez pourtant, stable sans élément développant peut être intérressé et indifférent.

Eux = Aux.

§.113.
Etat d’esprit égo libéral.

Grand public = Mettre en bourse.

Le génie aussi vieillit.

§.114.

J’ai vu des racistes de toutes les contrées.

Et pas plus que ça puisque le sachant il m’ont fait.

§.115.

Hétérosexualité – pour savoir qu’on pourrait être amoureux par A + B et n’avoir d’autreschoix que de renoncer. ( Bien sûr c’est la seule issue. )

Apprentissage homosexuel. ( FOLLE cela ne s’apprend sans doute pas, et quel pourcentage est interressé.  )

§.116.

Amour de l’objet comme l’amour de l’allié.

§.117.

Réérire quelque chose vingt fois, comme l’autre v à chacun différemment me le souffler.

( §.118. )  Sans air !  ENC initiative Daniel !

Le vieux respectait le plus jeune car il savait qu’il avait comme souvenir, comme compagnie, cela.

Anticipation de quatre § pour avertissement !

Si je dépasse le § 118 nous sommes d’accord cela voudra dire  (R) Adios classiques, vous ne me verrez jamais chez vous, c’est trop tard, un à fait une erreur que je ne peux pas pardonner !

Autrement dit : Adios tous espoirs, ceux des autres, MES illusions il y a longtemps qu’ells ne sont plus !

§.119.

Couper sur sa position car elle est un symbole.

Ne plus avoir à signifier ces choses si les gens vous connaissent Alors votre intervention ils imagineront.

INFLUENCE.

§.120.

S’apercevoir qu’on en fait plus assez pour les autres. Rappel d’urgence : revenir à se surpasser, soi : son meilleur outil.

Bien-être perpétué.

§.121.

S’amuser.

Explorer toutes les formes et à celle de ce monde s’en aller.

Dans ce monde comme l’autre est entrain de le considérer.

§.122.

Connaître la chaleur avant de savoir. Perdre celle-là ou ne là et je l’ai déjà trop fait.

§.123.

J’avais prévu l’évènement en homme.

Non pas qu’il était ceci. Mais un homme était ce que j’en voulais, on préssentais de la résistance, à de nous besoin, ou préssenti intérieur.

Je le vois, le sens, digérer. Et ne sachant à la suite digérer.

Cela ne veut pas dire forçément que nos intestins se sont connectés mais la force de mon cerveau qui fait à ce que j’ai vu y est.

§.124.

Penser que ce qui est contraignant donne le devoir de taper, de négliger l’autre.

Mais ce qui est contraignant allume en nous de colère ce qu’on doit se servir pour se libérer et libérer la cause.

§. 125. Enc.

Gonflement estomac associé à dilatation anus. Autre conséquence : Pression lombaire. ! .

§.126.

Régler des problèmes.

Futurement créer.

§.127.

Appendre une liste de dix articles en regardant une fois.

Question combien de liste de dix précédemment apprise et relues et, et,  –    –      – !

Milliers.

§.128.

Se diriger.

Savoir de sa pratique qu’elle doit garder les éléments, les conserver jusqu’à les faire coïncider.

§.129.

Le grand pleure et ce que l’on porte sans s’en délester.

§.130.

Le garçon au sa blanc, venait, me rappelait qu’un autre avant avec moi s’était trouvé.

PLUS qu’un passant.

§.131.

Ecrire, écrire; L’art n’arrétait.

Qu’aurais-je fait, où serais-je si je ne m’étais exprimé.

§.132. Enc.

J’avais l’impression de bien le protéger.

Qu’est ce que de ma vie, de mes propositions, de mon destin, de mon inconscient, sa présence me prévenait. Sur quoi j’agissait.

§.133.

Se servir de son membre qui souffre.

Et capter son intention à ce qu’il garde une parfaite immobilité, tandis que les autres autour de ça sont en train de s’actionner.

En lui son esprit caller tandis qu’où doit-il aller. Sans plus de question se poser, les garder.

§.134.

A tellement courru dans la forêt.

Qu’en pleine ville avec soi, autour de soi, les autres la voyaient.

§.135.

Des fois j’avais l’impressions de la voir. Certainement à la banaliser j’apprenais.

§.136.

Des fois l’impression de l’aimer revenait, elle revenait car elle mon rêve, savait que l’autre et qu’à l’autre, me conviendrait.

Evitant ainsi d’aimer quelqu’un d’autre.

– Sur la vie de ma mère.

– Celle qu’il m’avait ou qu’on lui avait enlevée, ou à lui décriée, ou qu’elle ne se sentait.

§.137.

Je suis sombre.

Autant que possible. où va donc et à quoi sert ma pensée ?

§.138.

Celui qui parlait toute la journée.

En marchant seul sur la place n’était pas mon pertinent que le grand auteur, simplement c’est pour ceux qu’il croisait que le sens il faisait l’auteur lui pour ceux qui le lisait.

Champs partagés.

§.139.

Autrefois l’écrivain disait  » il « .

 » Ils  » seul voyant, seul sur la place, permis à circuler.

Sont  » elles  » protégées. Puisque protégeant l’esprit errant quand il rentrait.

§.140.

Le dragueur conjuré. Mais reproduire quoi quand on a que cela à glander.

§.141. Enc.

On insulte l’étranger pour donner une idée à ses descendants de ce qu’il prendrait si on les déshéritait.

§.142. Enc. Initiative Daniel.

Un paragraphe schématisé, représenté, mais vide en place du 142.

Je fais l’impasse.

 

§.142. BIS. §.143.

Parler à l’autre, comme papa pour nous le ferait.

§.144.

La réaction de l’autre.

Est un troisième, l’existence du troisième qu’il vient nous présenter.

Des – montré.

§.145. Enc.

Sélectionner dans le texte l’info importante, c’est regrouper l’énergie, l’accumuler pour la transformer, et la retenir, ou bien la comprendre, mieux la continuer ainsi.

§.146.

Ils critiquaient les petits détails, mais il critiquait ce qu’il voyait.

Des idées qu’il donnait de sa position, du perfectionnement que je devrais faire en d’autres circonstances ; Et par là commencer.

§.147.

La Femme le rêve.

Celle pour qui je le suis.

Celle pour laquelle je peux parconrir toutes les contrées.

Et me retrouver seule, abîmée.

Perdu au milieu de.

Mais pas seule, car même si je ne me mariais jamais, j’y suis parvenue car elle me suivait.

Quand je dis femme, je dis amour.

Et l’homme, le courage.

La même chose l’un comme l’autre sans retour.

Ce qu’on a fait est fait et ne désire que d’autres aventures, vouloir que se refasse, trahir serait.

§.148.

Le front ?

Partout.

§.149.

Si je l’attrape, je la casse.

–    –    –    –    –    –    – !

Mais pour toi je la réparerais.

§.150.

Permettre à son autre la liberté que lui permet un troisième. être enseigné par le premier comme tout autre qu’après cela on appelerait.

§.151.

Elle m’écrivait de toutes les couleurs, à chaque idée, à chaque fois qu’un stylo reprenait. Arrêter par son devoir, ses besoins, sa fatigue.

§.152. Enc. (Partiel)

Dresser : ne pas avoir peur, ne faire peur. ! .

Les obstacles invisibles sont les différences de vies, d’expériences.

Quand un mot est mélioratif pour l’un, péjoratil pour l’autre. Quand l’un affirme, explique une chose que l’autre ne peut comprendre.

§.153.

Tirer sur la corde seulement pour brûler l’énergie en trop.

§.154.

Quand on sait quelque chose superflu mais qu’on ne peut éviter.

On y passe sa colère.

( je ne vois ma famille et est bligé de rester à réparer une pane qui fait que j’appuie dix fois sur le même bouton.)

Mais je pense à eux, tout le long du trajet, à tout mes proches qui font ma colère, que je peux surpasser de mes piliers.

Il voulait me donner de l’argent pour ce qu’il était naturel qui soit fait.

L’argent donne le donc à qui en a besoin.

Tourisme de tranquilité.

§.155.

La seule recette du bien-être poursuivre ce que l’on fait.

M’éloigne-t-il de toi ?

Qu’à distance sera continu.

§.156. Enc.

J’écris en pensant à ma mère. Mais quiconque me prendra pour son enfant, vera quel amour, vérité je lui tendais.

§.157.

Un jour les piscines des riches seront entretenues par tous.

Quand tous respecteront l’eau.

§.158.

Quand le problème se résoud on trouve toujours plutôt courte la galère. Puisqu’on trouve en elle, ce que de nous il fallait faire.

§.159. Enc.

L’attente révèle que l’action qui la précédait n’était pas assez intense pour nourrir le suspend d’info, par la réflexion, reconsidération, remise à nieau.

Met en avant un pas, assez de progrès.

§.160.

Faire péter le cable.

Pour mettre en évidence ce qu’on s’entraîne, s’attentionne, se donne à tempérer.

§.161.

La connaissance représente la relativisation à l’égard de son soi.

Ne plus reculer, ni s’affoler.

Garder efficacité et sang froid.

Jeu roi.

§.162.

Ce plus obstacle avant d’atteindre ce qui sera callé.

§.163.

Détester ma mère quand elle pense que c’est ses rêves que je suis. Lorsqu’elle me donne des conseils déconnectés de ce que je vis et de ce que depuis des années je me bats, je meurs pour qu’une survive.

Et pourtant c’est pour elle que je fais.  Êre fier de moi, et tout ce qu’on a.

§.164.

Entre avoir une idée et action  = toujours temps.

Pour que le cerveau puise et prenne l’habitude de peser.

Ne pas m’en vouloir quand tout de suite si je ne choisis pas la bonne solution, j’en cherche une meilleure.

§.165.

Donner un conseil ? Une info ! S’arrêter.

Penser à ce qu’on dit. Pourquoi ? Comment ? A qui ? –   –   –  – !

Reprendre et à une vitesse double que cet effêt à permis.

§.166.

Le soleil qui regarde le peintre et éclaire la toile.

§.167.

Courir : object – coordination des balanciers et segments. Chaque enjambée le plus loin et légèrement devant.

§.168.

Il s’impatientait de mourir. A son enterrement, ses fils alors ne se reverraient-ils pas.

§.169.

Le soleil réveille, appelle.

De bonne heure.

Il y a un monde plus loin que le ciel même.

§.170. Enc.

Faire l’effort de bouger.

Devoir le faire.

Pour comprendre que les contraintes nouvelles sont ou doivent là être utilisées afin de s’adapter à de nouvelles issues et destinées à soulager un ensemble ( qui se bloque présentement ou qui d’en arrière font d’être clairement source de dépolution.

§.171.

On se désillusionne du nombre de fois où on a tenté.

On ne se désillusionne que quand on commence à les compter.

Changer de stratégies ?

Admettre qu’on se fatigue

Se calmer.

Pondérer sa réaction. Elargir son action.

§.172. Enc.

La spiritualité est la foi en la foi des autres.

§.173.

A faire systématiquement quelque chose traitant de sa position B puissent voir, observer comment va réagir à cela C.

AINSI.

§.174.

Je lui apprenais à se souvenir des platanes ainsi il se rappelerait de ce que je lui suis.

Quand il verrait que sinon pourtant ils ont grandis.

§.175.

But. Entretenir l’autre en apprenant de lui. Recherche et leçon.

ET  TU  DIS.

§.176.

Faire un acte, simple, honnête en tirer les conséquences, une physique comme ça quasi bête.

Un principe. alors pourquoi le pratiquer.

§.177. Enc.

S’il est allemand évidement ?

Parce que le maintenir en évidence c’est obtenir qu’il s’applique dans les endroits que l’on ne croyait naturellement .

Et ainsi sa vie sauver, de la voir là où elle serait resté caché autrement.

§.178.

Principes ?

Pour que l’autre puisse continuer à croire en ce qu’il fait, sans quoi : Recherche détériorée.

§.178.

L’homme consomme sans vergogne car il sait ses besoins ponctuels et se dit que ses enfants la manière d’à leur tour s’adapter. Ainsi dans toute action, résultat il peut former son respect.

L’on se sait coupabe de fait.

Comment ?

Reste le mystère.

TRANSFORMATION. ( en minuscule dans le manuscrit ) D. PF.

§.179.

Par amour le laisser pour qu’elle se rende compte des erreurs que les autres faisaient. Tu n’es pas la seule.

Arrête de perdre la tête de trop penser que tu es en train de dérailler.

§.180.

On consirère que l’autre se confit. Quand à la réponse qu’on lui donne on réfléchit.

§.181. Enc. Partiel.

La sensation sexuelle liée à la conscience d’être regardé, désirée on en danger.

(Dany j’écris bien que j’ai le petit rdi mais la je te recontes même pas dans quel quartier. comme près du dépot.)

Parce qu’on demande aux jeunes du quartier d’entre jeune, s’élever.

§.182.

Faire quelque chose de bien.

Accumuler le maxi de travail conscieusement.

Ains l’autre apprend de nous surveiller et comme cela il va vérifier qu’elles erreurs différentes peuvent être faites.

de la complicité.

§.183.

Emotionel appel rapport à l’autre comme détenteur du rapport au monde,

Rapport à soi.

Lerapport à la matrice.

Terrorisme suicidaire témoigne d’un dégout de la vie obligé à s’institutionaliser.

§.184.

La détresse permet de prendre conscience de la luxure, la luxure qui déruit celui qui va à elle s’adonner, sans le savoir plus ou moins que la situation de l’autre il ne voit. Voir mais pour voir il faut avant tout saisir la liberté.

Être libéré ? Être permis par ce qui l’entoure.

§.185

Être mort coinçé comme l’est le prisonnier qui demande au destin (pourquoi.)

§.186.

La douleur du viol est :

– Faire et refaire en toute impunité.

– La régression de la liberté face à cette menace.

Le viol lui-même ne croyait pas qu’aucune des victimes en rien doit cédé que ce qu’on cède chaque jour de laisser.

§.187.

S’affaiblir e voir que les guerres de chaque jour ne sont que comédies.

Vieillir.

Plus rien à redire.

§.188.

JE T’AI  –  ME.

§.189. Enc.

Conjure UP – Inventer.

§.190.

Nous vivions dans une maison de gardien au bord de la rivière leem qui s’écoule depuis Norfolk jusque les G – O.

Et personne n’a besoin de dire que la terre dans cette partie du monde est avec un (e) d’un(e) monotonie qui se suffit à elle même.

§.191.

Depuis les bords élevés du Leem,ça s’étirait jusqu’à l’horizon, sa couleur uniforme, noire, Soutenue, variée par les cultures qui poussaient dessus: des feuilles de pommes de terre gris-vert, des feuilles de betterave bleu-vert, du blé jaune-vert son niveau uniforme cassé fuient par les lignes de drains mortellement.droites (Tu es cinglé dans tes longueurs de représentation, description et de phrases :  Fais plus court coupe tes phrases, tu endors, le lecteur, tu l’emmerde !) qui selon l’état du ciel et l’angle du soleil doraient comme des tubes d’argent, de cuivre ou d’or à travers les champs et qui, quand vous restez debout à les regarder, il  faut fermes un oeil et il faut prier les méditateurs sans fuit sur les lois de la perspective.

Et déjà, cette terre si régulière, si tamisée cultivée, si vrais / ormit dans mon esprit. D’enfant de cinq six ans et 1 terre sauvage et vide pendant ces nuits ou ma mère serait obligée de me raconter.

 » textuel au manuscrit« 

(Et quand tu as fini cela en tant que lecteur tu va pousser un roupillon. !

Es-tu fière de toi ?

Si OUI c’est, on ne peut plus grave !

Parce que la culture tu en manque, mais pas de la même !

Par pitié. Dis moi, Caroline, que cette prose n’est pas de toi.

Sinon abandonne le DEUG d’anglais et reprends :

Français cours élémentaire !) Ton Dany qui t’aime.

§.192.

Voir l’autre comme une éternelle oportunité,de prendre conscience .

Le ressaisissement trouver normal d’agir bien pour quà chaque fois la présence de l’autre nous rapelle que malgré les difficultés (adversité) il faut continuer. C’est mieux tu devais être en panne de Bordeaux.

Au dessus tu avais forçée sur la dose.

§.193.

On est radical parce que’on souhaite éviter le laxisme de celui qui manque de nous détecter.

§.194.

Voir quelqu’un suer mais ne pas voir ce que justement fait à cela il peut en lui faire se reposer.

§.195.

L’auteur voit dans les gens des personnes à d’écrire, à mettre au monde donc auparavant à être plutôt qu’à distancer. La critique des gens à analyser.

§.196.

Les dufférences naturelles permettent aux gestes que l’on fait de naturellement fait les significations selon les coupures et habitudes s’enchevétrer.

Se compléter, s’approfondir, s’annuler.

§.197.

Puisque l’on s’entraîne.

A être discipliné envers ce qui nous déchaine et d’exulter ses mouvements quand on sent qu’il y a en fait quelqu’un d’assez sûrs pour les contenir. N’est pas tahison mais apparences que comportement et semblant, pareils résultats.

§.198.

Forçé de consommer, de se nourir gestuellement on réagit dans le cannibalisme quan être à accord avec sa –    – rythme avec ruine de l’environement

§.199.

Se ruer vers la modernité. Car elle nous arrache à notre condition d’esclave non en travaillant mais en travail qu’on voudrait qui nous soit épargné.

§.200.

Verser dans l’emotionnel. Se dire que chacun souffre dans l’espoir de donner vie et le savoir que la vie de soi se sert.

Ecouter chaque réaction comme un aveu de ceci.

§.201.Enc initiative Daniel.

Vous quand on est insulté. Je ne suis pas si bête il ne faut pas perdre le rspect. Tenir le danger en respect. C’est l’admettre et se faire une idée du par quoi il est.

Pas évident cela peut être une prise de distance et de subalternisation, de subordination de l’autre ! En tout cas c’est comme cela que moi je le perçois. Coupe court à toute relation possible même et surtout amical future.

§.202.

Il me fait peur mais certainement moins qu’il a lui même peur.

§.203.

– Tu es raciste.

– Ne pas répondre par cela n’existe pas les races unies rester aussi énigmatique en parallèle inverse de l’affirmative et avant de s’expliquer seulement dire cela n’existe pas.

Quoi ? justement l’espèce encore incapable de se déjinir et vivre en paix.

§.204.

L’auteur qui croit être compris n’a pas compris pourquoi il ne doit cesser d’écrire. Et que le besoin de l’écriture peut ainsi de main n main se passer.

§.205.

Le racisme noir parce que les revendications étaient-elles, La souffrance tellement grandes qu’on ne pouvait discuter et on standardisait la même réponse à tout ce qui pouvait être demandé. Sinon tout aurait pû éclater et personnen’aurait pû alors contrôler.

§.206.

Observer ce q’il y a pour donner sa version originale, sa force substancielle. Répondre au mystère : La vie pourquoi ?

§.207.

Ne pas chercher à s’alimenter car le corps de l’ordre dans et avec ce qu’il en remet.

Pour aller plus loin que présentement penser ( mais pourtant déjà senti )

§.208. Encadré initiative Daniel/

PARAGRAPHE ENTIEREMENT EN ANGLAIS PAGE 461

PUREMENT ET SIMPLEMENT REFUSE. 

 

§.209.

Connaître l’équipe afin d’anticiper. Anticiper pour metre en valeur le rôle de l’autre sur lequel on s’appuyait.

A l’apparence branlante autant que faussement solicité.

Trop grandement ou fâcheusement solicité.

§.210.

Paradoxe, nos gestes les plus sûrs qui grandissent en force plus ou moins le nombre d’exposant et d’élaboration conceptuelles autour las assurent sont en fait celui qui nous renfermait le moins puisque se confirme.

§.211.

L’alliance ne serait-elle pas pour que l’extérieur croit que le conflit interne est permis pas litéralementcompris.

§.212.

Quand t’as vu des femelles durant soixante-dix ans si lles continue de te charmer au moins leurs SALOPERIES ne t’étonnent plus.

 

§.213.

Lui sortir après vingt ans. Mon rêve. Oui potentiellement charmant cet homme là;

Vraissemblable TCHAO QUOI.

§.214.

Il répondait toujours par la même phrase qui en plus d’être illogique était contradictoire.

Il répondait par ce qui lui était assomant. Il répondait par ce qu’en général on finissait par conclurepar ses interminables discussion faisait semblant terminer.

Il répondait par ce qu’il savait déjà que ne réglerait.

§.215.

Pour avancer, fait de ses regrets autant de coups de fouet, d’avertissement qui heureusement ne veut cesser d’être là car aussi de ne devoir se reproduire pour opérer.

peste et fera-cas.

§.216. Enc.

Paragraphe vide : Impasse.

§.216. §.217.

Vivre une expérience si forte de sens qu’on n’attend pas de destin qu’il y soit encore aussi explicatif que cela.

Fort de nous faire franchir le pas.

§.218.

Le cadeau ?

Continu signifie.

Même quand on ne peut offrir ce que l’autre a déjà trop.

§.219.

Raconter un drame.

Croit-il que c’est ma vie.

Non pas tout à fait de mon point de vue je l’avais embelli.

De ma condition, d’en avoir été moins acteur.

§.220.

Jeunes – être assez affairé pour ne pas sentir l’absorbtion qui va tuer.

§.221.

Echec.

Révoir mythes, but, moyen.

Echec.

§.222.

La réalité interne, individuel, expliquent le rire au milieu d’un massacre.

on a plus à se faire pardonner le décalage.

L’esprit peut-être partout et doit être ainsi vu et envisager.

§.223.

Le corps içi et une autre partie ailleurs.

Comme pourra tout se retrouver l’esprit rassemblé.

§.224.

B s’inquiètais moins que A pour moi, car en cas de panne il maurait recueilli à la différence de ceux ui aurait dû m’achever.

§.225.

Migration évite génocide dans pays guerriers, mobilisés les uns contre les autres.

§.226.

Être en transe pour parvenir à dans l’union les plus carthésiennes.

Retour. conscience de là ù comment et puisque l’on sait que ce seul lieu il n’est.

= Epliquable.

§.227.

Solliciter la chance.

C’est apparente à la tendre en destin.

Superstition, rituel et organisation.

Superstition, affirmation en appelant de nouvelles.

Appel à explication.

Rationnel.

§.228.

On torturait l’individu pour voir à quel stratagème, pensée, concept, projet pière l’individu, même face au quasi insuportable de la vie, se retanait.

§.229.

Penser que tout est de sa faute ou que tout est en fonction de soi ou qu’au contraire on ne peut en devenir fou.

§.230. Enc.

Et si celui qui est acco recommence aussi pasce que la sensation de manque, la maîtrise, fait bander.

D’autres évasion.

Remède.

§.231.

Le mimétisme qui fait que l’on a toujours une preuve de la raison du pourquoi notre complicité et entraide –

A toute nature.

De toute nature.

§.232.

Être adorable d’adorer.

§.233.

pas l’interaction des présences, fait sensation et de donner une impression, obtenir un miroir que l’esprit pourra revoir lorsqu’il sera en difficulté.

§.234.

Céder à sa faiblesse.

C’est oublier qu’elle va plus tard se représenter, ou force l’opportunité de se –    – qui s’y on y prend garde va s’éloigner.

§.235.

La dureté profondeur de l’un appelant la finesse, légèreté de l’autre.

§.236.

Klaxonner suivant pour être le réflexe quand danger.

Quand danger, dans les embouteillages pour prévenir, arriver, à reculer tenez vous prêt.

§.237.

Ne pas comprendre le geste de l’autre ,  de surtout croire qu’il l’a –  – en ce qui concerne notre relation seulement.

gestes venant d’autres habitudes, réflexions préoccupations.

§.238.

On veut avoir aussi fréquemment envie de céder à ses propres tendances défectueusesque l’on se sent par l’environnement extérieur troublée.

Apprendre à dire : NON.

§.239.

Peur de la mort plus oumoins qu’on ne relationne, relativise pas notre action de vi.

§240.

Au loin une colline monotone, juste un arbre et son ombre, pourtant relief de lumière.

§.241.

On faisait plein de conneries ainsi on faisait les copains rigoler. Peut-être avait-on perdu du temps comme apprenti.

Mais notre mouvement pour eux à sa pointe voulait mener.

§.242.

Trouver une solution pour se sotir de l’embarras.

Ne penser qu’à cela.

Et en jouir car active réflexxion et courage, ce pour quoi à la vie on croit.

§.243

Parce que de voir un cul frémir ils ont besoin de ça.

§.244.

Avant que l’angoisse n’aille plus loin de ne s’admettre pas si basique, ne s e connaissant pas, ne voyant pas la réaction qu’il m’inspire voyez-vous, vous me faies bouger, vivre, on est vivant !

Rétablir !

§.245. Enc.

Il pensait qu’on se foutait de sa gueule mais derrières les igolades on voulait lui expliquer langoisse qu’il suscitait lui qui pensait que sa bonne foi et volonté était moqué. Onbliant que les autres aussi en était doué.

De cet oublie l’envie de tout casser. (Tu oublie un peu facilement ceux qui dans la vie ne veulent rien faire et laisse toute la tâche aux autres, tout le fardeau, leur en demandant l’exécution à leur place se déclarant   » incapable  » de le faire.)

§.246.

On est terrorisé par ce quoi on a peur d’être accusé.

Ainsi l’autre finira par le faire puisque dans la logique de fait reconnaître au ni-(sub)-conscient qu’il se sont trouvé.

Pour que puisse se régler.

§.247.

C’est pourquoi le –                   – est fait. Jouer à la pute, s’amuser.

§.248.

Le regard dit bizarre.

Celui qui veut trouver ce qu’il cherche dans ce qui n’est concerné.

Ex : Lire le livre de l’homme en face pour savoir ce qui se passe dans la journée.

Comme ça trouver des idées.

§.249.

Sanction du pouvoir en corrélation avec le respect qu’on veut, qu’on lui montre car plusieurs, beaucoup de moyen de coercition ou d’ éducation. Donc n’avoir comme espoir de résoudre le crime que de l’arrêter par la mort.

§.250.

Torcher ses droits d’un système qui m’a rejeté.

D’un métier, une situation pour lequel je me battrais.

§.251.

Ne cesser d’agir.

Pour appliquer dès après que réflexxion.

§.252.

L’humanité cherchant autant à s’installer, qu’à se rssembler.

Partout là l’homme on connaît. Par ce combat ces limites studieusement en train de poussez.

§.253.

Des gens assez libérés pour qu’ils puissent être honnêtes.

§.254.

Dire les choses que l’on pense parce que c’es pour le contractant autre que l’idée se forme.

§.255.

Variétés de rythmes, avoir une idée de ses performances dans telles ou telles conditions. Objet : Les reproduire et maintenir sans stimulant de particulières occasion et concentration.

§.256. Enc. Initiative Daniel.

T’en fait pas plus que cela apparait bien que tu n’est pas aussi vicieux.

§.257.

De l’humour on est tous comme des cons.

§.258.

Pas pensé, j’abandonne car on part pour, par amour, transporté par celui qui va rester.

§.259.

Jaloux ? Plus ou moins qu’on a compris que l’autre pour tout un, est mon concept.

Valable pour chacun.

§.260.

Arriver sur un problème.

Pour son choix réafirmer.

{

Pour son choix restructurer.

§.261.

Ne pas vouloir dresser de force sinon on se fait bouffer.

§.262.

On se doit aux autres.

§.263. Enc.

Vous ne me croyez pas alors je dois mentir et le faire de manière grossière pour votre pitié. (Pour leurs conneries ! OUI ! mais au mieux laisser définitivement tomber ne plus s’occuper des cons. tu as maintenant LA recette infaillible, LE MEPRIS! Mais tu m’as obligé à te rafraichir la mémoire.) 

Comme si j’avais crié à l’aide sans que personne ne vienne.

Que cela de vrai.

§.264. Enc. initiative Daniel.

Esprit, Solitude, problèmes.

Se signaler quand on est heureux.

Rarement.

Pourtant pour un couvrant.

§.265. Enc initiative Daniel.

Bien compris que les encadrés sont ceux et celles qu’on ne peux ou veux plus revoir.

O. K. mon bijou d’amour ET j’avais compris depuis le début mais il fallait laisser le temps au temps de démolir LA menteuse, LA salope. (Tu ne dois plus rien à personne, moi non plus, même le cirque avait été payé sur l’héritage de mon oncle :

NORBERT PORTEBOEUF.)

Ne pas arrêter de faire connaître = selon perspectives

Horizon est.

Toujours capable de changer. Au lieu de lire je ferais10  kilomètres à pieds. ON change ce qu’on range mais 100 Kms jamais.

§.266.

Mécène = Patron. (C’est rare plus souvent mécréant)

§.267.

Les membres détendus.

Je peux le faire autant.

§.268.

Je n’ai pas enviede rire mais il faut que cela soit rappelé 68 : L’année de mon mariage. quand c’est : gros, noir, et souligné cela veut dire : grosse conne.

Le désir.

Le niveau qu’on discerne chez l’autre et que pour soi on vit par lui, pour l’atteindre par soi après.

§.269. 1969 : Naissance de ma fille
On cesse d’être intéressant quand on mentionne ce que l’autre pourrait deviner.

§.270.

On s’accus de tout , pour ne pas se dire que le destin nous tombe dessus que par hasard.La haine ou les catstrophes viennent bien de quelque part.

Déceler.

Puis bon – home.

Travail autour d’un.

Rthme surbom.

§.271.

–       – avant d’être exemple mon trouble.

§.272.

Sentiment propre mort.

! Assumer ceux qu’on laisse.

Suicide ?

Réflexion.

§.273.

S’occuper de la pauvreté dans les autres puisque si la sienne est misère.

– Etudier d’autres façons de reddition, étude de l’autre comme ressources.

§.274.

Avoir tellement eût de graves problèmes. Ne plus se rappeler que les choes puissent se régler simplement.

§.275.

J’avais de lui suivant la même incntation sonore, je savais que quand il le faisait il était alors plus susceptible d’être ce que lui saurait répondre.

§.276.

Péter un plomg. devoir penser. Devoir penser qu’on est fatigué, pour ne pas faire ce qu’avait éviter.

Energie lui sante.

§.277. Enc.
Il fallait comprendre l’autre l’autre pour s’accepter soi – même.

Survie.

Et savoir que rien n’est fatal ou ne le sera.  ! .

§.278.

Il n’aimait que moi. Mais ignorait-il qu’avec ces règles là, quand il venait il interdisait aux autres d’entrer en sa compagnie.Alors qu’à porter le monde dans les autres, voilà à quoi est destiné l’ami.

( Et ton départ s’il était prévu pour changer les choses c’est résolu à être un échec et une séparation inutile, plus sauvage et associal que jamais, ce n’est pas tous les jours qu’il est possible de rencontrer quelqu’un capable d’apprivoiser un solitaire. )

§.279.

Le souvenir est là pour rappeler au premier qu’il et suivi et supporté par l’idée  « écoute comment on court plus vite, plus loin, plus longtemps.

Equilibre dans l’équation. »

§.280.

On différencie les femmes des hommes ainsi quand ils s’offrent, ils mettent en avant des qualités sans évelopppar les uns mais au centre de leurs envies et désirs

Ainsi une fois élevés ils continuent à d’éduquer en mettant en avant des élémets, particularitésassez marquantes pour être exploré.

 

§.281. Enc. initiative Daniel.

Comme grand inconnu, de nous mettreà nue aussi surpris enfant que l’on à été de découvrir l’autre en fait.

Enfant comme sans titre. (Dany réveille – toi !  !  !

Trop tard mon bijou d’amour ton DANY à dit stop à « tous et à toutes » ils, elles m’ont trop joués (ées) la même sérénade DANY n’est plus là pour personne !  Vous pouvez vous gardez vos garages à bites pour vous comme le suggérait quelqu’un  de cirque ces jours passés.)

§.282.

L’impression De perdre, pour connaître ce qu’il faut récupérer et retenir.

§.283.

Ne plus mourir à le perte de son travail. Savoir qu’on fait partie dela montagne qu’on se donne le devoir de protéger.

§.284.

Tornade ?

Télé réality.

§.285.
Se faire des illusions sur la facilité. Ainsi tout le temps reporter car quans on va s’y conforter le moral va chavirer, se dire le plus fort.

Pas d’y arriver (puisqu’illusion) on ne sait encore comment, à quel point un but avoir un but à tenter maintenant et ne pas se laisser briser.

§.286.

Ne pas oubier que les gens sont les gens = intérêt en pleine transformaton. Et que la vie a comme carburant la pensée (ce qu’il pense d’autrui)

§.287.
Apprendre à ramasser ce qu’on a déjà cueilli, tant qu’à ce qu’il ne sont pas jeté n’est pad comme pris.

§. 288.

Changer le monde c’est savoir qu’on a pas de solution mais qu’on est la solution, et changer avec lui, avec les expériences qui me font rejeter mais perfectionner ne pas marcher, résultat négatif. Mon résultat renseigner sur ce qu’il faut en nous modifier.

§.289.

La culture du muscle et de la graisse – on peut se comparer comme consommer = payer peut-être servi ce que tous peut fare aussi.

§.290.

L’orgie = le tempspasse vite recherche de plaisir puiqu’en trop donc à l’usure on est sur. Plaisir = consolation ? ? ?

Que le temps passe à chaque fois, vite ou à la même vitesse = a même appréciation du mouvement. Est-ce le but ?

§.291.

C’est une fois qu’un entre son autre à compri le message qu’on peut arrêter ce que voulaitenseigner son action, so personnage et de le voir différemment.

Pratiquer différemment, une fois l’autre devant, confirmant vint me voir en plein jour.

§.292.

Profiter du moment même celui du problème car il nous met en relation avec ce qui deviendra du passé. L’époque où je connaissais cela. Mutant que je dois à d’autres entièrement me convertir.

§.293.

On se noit dans son malhur quand on ne peut s’maginer celui de l’autre.

Et de les soigner.

Comme cet enfant rapellait sa mère et qui me rappelait que je l’étais.

§.294.

On sort de la folie quand on s’amuse de nos moments de crise.

Ne cède aux mouvements qu’elle a soif d’activer.

Comme la violence peut nous perde complètement.

§.295.

Cet effet que l’on atteindra ne plus être pris par surprise par lui S. V. P.

§.296.

Ces moments ou s’en le senir on pourrait jaillir sur l’autre l’étouffer.

rire de sa folie, des idées qu’on se fait, des formes de l’esprit qui brouillent nos âmes.

Je crois que c’est ce que t’es.

§.297.

Je n’ai plus peur du noir depuis qu’une terreur bien plus dure que les ombres, me connaît.

§.298.

Le conflit.

Qui fait calmer, e qui apparaît à se lier tout en la distance élaborée.

§.299.

Ce n’est un disfonctionnement mais forme le visage de l’humanité, les hommes pensent à des choses, des espaces, des vitesses différentes.

§.300.

La vie est un passage.

Maman la vie est un passage c’est pourquoi je trouve la force de te quitter.

§.301.

Equilibre, de où l’on s’appuie à là uù on s’est fixé.

§.302.

Être retruvé, reservi.

Sentir ce que la ie re – père. Re génère.

§.303.

A chaque fois que devant un choix, on perd.

Car preuve que l’on est sûr de ce qu’à notre meilleure performance.

§.304. Enc.

En crise d’être, on doit.

Le destin que l’on suit afin d’être plein de lui.

Puisque la vie se mesure à cela.

§.305.

Tu me traite encore en inconnue, faire mieux n’est pas exclu.

A un intime dont on subit encore qu’il croit en ce qui est possiblement déchir (able)

§.306.

Efforts’astreindre de manger être la peine impression d’être gros puique sensation basée sur estomac qui travaille.

§.307.
Porter la douleur.

L’absorber, l’énéantir en révèle les points qu’elle pointait.

§.308. Enc.

Peur de celui qui réfléchit car il trouvera un truc, une dynamique intellectuelle qui rendra lois ses pensées. (Jolie ! Cette analyse Caroline là d’accord je veux croire que tu es dans ce texte qu’il est de toi ou de quelqu’un à même de : Réfléchir justement)

§.309.

Les traces qu’on garde d’un évènement. Le comment l’a – t – on pris trace restante de ce qu’on doit penser de nos a prioris.

§.310.

Rire de nos faiblesses ou tentatives de forcing. Rre sinon la vie serait bien triste. Mais attention la tritesse c’est aussi revivre ce qu’il fut. Faire que le massé se soit.

Reçoit.

§.311.Enc.

Toute expressionest une tentative d’indication sur ce qu’l se passe à l’entente de ce avec quoi on communique, sur ce qui se pesse mais dont lui n’est encore au courrant.

Ce pourquoi essai d’expression et trouble relatif à lui.

§.312.

Le malheur naît d’armes que l’on ne sait manier, d’aspect de la situation au quels n n’a sût s’allier.

§.313.

Apprécier quelqu’un.

Implique ce savoir faire.

La maladie qui peut en manger une autre.

§.314.

Se gaver de A.

Comme ou se savoir, sentir, inéfficace, entre productif, désespéré par rapport à B.

§.315.

Les mots contiennent ce qu’il s’es passé dans les faits etles esprits.

§.316.

Réalité : Dur détecter et s’occuper des conditions, pour se propulser, liaison avec condition et projection. comme toute base.

§.317.

Suivre sa voix permet d’être dans la conditonactive d’expérimentaeur.

et ainsi avoi une idée plud précise encore .

Être à !

Et en sorir assez de forme et condition pour changer de décor sans mure le précédent qui fait que l’on adore.

§.318.

Un membre coincé car on le raidit au lieu de le changer de position. changer les croisements de pression.

§.319.

Les difficultés pragmatiques. Savoir détecter, repérer ou on est et alors on peut pour alle plus loin, s’appuyer sur ce qu’on a comme source trouvé.

§.320.

Le sens qui prend la vie. Chaque sens, nous prend un instant donné à l’élaboration d’une cohésion mais pendant ce temps que délaisse-t-on.

§.321. Enc.

Être pris, dans une situation chaude, déliatecuisante, inquiètante –   –   –  –

Et ains ne plus bouger, ne plus faire, être immobilisé, et ses mauvaises habiudes, et réflexes ainsi aussi stoppés.

§.322.

Permettre à quelqu’un d’affirmer certains de ses critères afin qu’une fois fait il pussent être surprenant d’en sortir d’autres. Encore. Et divers.

Pour¨être – pacifiste il faut être heureux.

d’êre vivant.

§.323.

La HAINE c’est quand on ne sait faire de son expérience, une voie à la pacification.

§.324.

Continuer à adorer, en rajouter. Ainsi éviter d’aller au deant du courage qu’elle nos a pourtant donné.

§.325.

La survie de l’espèce. La vie ne donne rien, car elle exige de tous d’être a sa paix.

De trouver son max ou de tomber dans un mieux relatif de problème.

§.326.

Les gestes qu’on est comptable de souhaiter que l’autre fasse, de lui faire faire et ceux et seulement ceux que l’on se sait et peut à soi-même s’octroyer.

Le geste que ‘on voit faire est le geste doué.

Et on se sait.

Pouvoir s’en servir quand à sa propre mémoire.

§.327.

Oublier ses rêves pour avoir des histoires vraies.

FIN DE DOC 26.

A relire et corriger.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.