Pourquoi ne se préoccupe-t-on pas sérieusement du génie animal? Parce qu’il est préférable d’ignorer, d’ingénu, d’indigèner. Ce que l’on veut exterminer.

Pourquoi ne se préoccupe pas sérieusement du génie animal ? parce qu’il est préférable d’ignorer, d’ingénu, d’indigèner. Ce que l’on veut exterminer. Parce qu’en miroir, c’est du sort de ce que l’humain nous réserve et non ce dont on en voudrait rêver- dont on ne peut parler. Une esquisse de ma(l)gret. Des gens qui se sentent supérieurement riches par rapport aux colonies qui ne sort d’être hospitalisées a grands cris. Mais ou plus un cheval ne peut librement et heureusement marcher. Tout arraché, tout périssant, tous clôturés.

 

ON PASSE son temps à dire aux gens que les animaux ressentent. Mais ceci on le sait depuis la nuit des temps et je doute que l’on s’inquiète d’informer des gens qui n’en voit plus aucuns, d’animaux, d’autres qu’appartenant à leur propres espèces- la ville est un désert (désolant) – et bientôt un désert dans le désert.

Cette ville sans vie, mais qui est, puisque des campagnes saignées à blanc de toutes forets, de tout sauvage, de tous chemins- simple réserve à boucheries- on est parti.

 

On ne parle pas de leurs intelligences, et instinct et secret (bien loin de nos plus probantes et tremblantes capacités, et est vouée à ainsi toujours le rester). Rare. Car ce n’est que par la lumière que l’on est éclairé, et que tueur ne peut qu’être de jour que sur la route qui va l’emporter.